Avec cette bague, Goethe souhaitait conquérir la jeune Wilhelmine Herzlieb qui ne partagea jamais son amour.

Les déboires de Goethe
avec la jeune Herzlieb

Que fait le poète lorsque l’élue de son cœur fait la sourde
oreille à ses avances lyriques ? Il lui offre une bague.
Malheureusement, Goethe n’eut pas le succès escompté
auprès de Wilhelmine Herzlieb. Le bijou est parvenu jusqu’à
nous et il pourra bientôt être admiré au Musée national.

Goethe n’a pas enchanté les seuls amateurs de littérature, mais il était également très apprécié de la gente féminine. Toutefois, ses innombrables liaisons n’ont pas été qu’une source de divertissement. Elles ont aussi influencé son œuvre. Ainsi, sa relation amoureuse avec Charlotte Buff fut transposée dans « Les Souffrances du jeune Werther » et le temps passé en compagnie de Frédérique Brion inspira ses « Sessenheimer Lieder ».

Si Johann Wolfgang von Goethe fut impulsif et impétueux durant sa jeunesse, sont attitude changea lors de son voyage en Italie (de 1786 à 1788). Il devint alors plus calme et soucieux de stabilité. À l’automne de sa vie, sa période Sturm und Drang s’enflamme à nouveau. Goethe, qui a maintenant plus de cinquante ans, s’éprend de Wilhelmine
« Minchen » Herzlieb et tente de la charmer à grand renfort de sonnets. La jeune femme ne porte toutefois aucune attention à ces envolées lyriques. Est-ce la raison pour laquelle le poète vieillissant a eu recours à un témoignage d’amour plus tangible ?

En 1820, Goethe offre donc à Wilhelmine, qui a alors
18 ans, une bague en or rouge sertie de trois pierres de couleurs différentes ornées des symboles représentant la foi, l’amour et l’espoir. Espoir déçu cependant, Minchen n’ayant jamais ressenti les sentiments escomptés. Plus tard, elle offre la bague à sa meilleure amie, Auguste Wittig, et épouse le professeur de droit Karl Friedrich Walch. Ce mariage de raison se termine de manière tragique puisque Wilhelmine Herzlieb plonge dans une dépression et meurt quelques décennies plus tard dans un asile d’aliénés.

Goethe dédia quelques sonnets à la jeune femme.

Minchen Herzlieb épousa un autre homme.

La bague de Minchen, qui est restée en possession de la famille d’Auguste Wittig, fut mise aux enchères à Londres en 1981 et rejoint alors la collection d’Alice et Louis Koch, qui regroupe plus de 2500 bagues. Cette collection est en possession du Musée national suisse depuis 2015. Environ 300 d’entre elles sont présentées dans l’exposition permanente. Toutefois, jusqu’à présent la bague de Goethe n’était pas visible. Mais, à la différence du poète, les visiteurs du Musée national ont de la chance puisqu’ils pourront admirer cette pièce majeure dans le cadre d’une exposition temporaire présentée du 19 mai au 22 octobre 2017.

19 MAI – 22 OCT
MUSÉE NATIONAL

Bijoux. matériaux artisanat art

Cette exposition temporaire conçue par le Musée national suisse présente les pièces majeures d’une grande collection de bijoux. Le visiteur pourra y admirer des objets provenant de divers contextes archéologiques, liturgiques, civils, bourgeois et paysans, jusqu’aux créations de la joaillerie contemporaine. La bague de Goethe se doit de figurer dans un tel palmarès.

Andrej Abplanalp on Wordpress
Andrej Abplanalp
Historien et chef de la communication du Musée national suisse.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire