Cartes postales illustrées: la charge favorite du facteur

Les uns collectionnent les images autocollantes de footballeurs, les autres les couvercles de crème à café. Liny Picard, quant à elle, n’a juré que par les cartes postales illustrées. Une chance pour la postérité, car le fruit de sa passion nous permet de découvrir la Suisse au tournant du XXe siècle.

C’est à l’âge de onze ans que la jeune Liny Picard (1885-1974) a commencé à collectionner les cartes postales illustrées suisses. Elle en a ainsi réuni quelque 700 exemplaires datant de 1896 à 1909. Après avoir été scolarisée à Zurich, Liny a fréquenté un pensionnat de jeunes filles à Neuchâtel puis une école ménagère à Herisau. Les amitiés nées au sein de ces deux établissements se reflètent dans la correspondance échangée. De nombreuses pièces de la collection témoignent en outre de manière exemplaire du boom qu’a connu la carte postale illustrée vers 1900.

En 1902, 22 millions de cartes ont été envoyées en Suisse, dont 8 millions étaient imprimées dans le pays. La Confédération détient ainsi le record européen d’envoi de cartes postales. Cette fièvre, qui a pris corps à la fin du XIXe siècle, a touché toutes les catégories de la population et est directement liée à l’émergence du tourisme. Le développement du réseau de chemin de fer, la baisse des coûts de transport et la hausse des revenus ont en effet permis à davantage de personnes de voyager. Parmi les sujets de cartes favoris figuraient les majestueux bâtiments abritant gares, administrations postales ou grands hôtels, fleurons architecturaux des villes visitées. L’envoi d’un petit mot aux proches restés à la maison faisait non seulement partie des obligations du vacancier mais était également très apprécié du facteur, qui pouvait également profiter de la splendide illustration.

Avant l’introduction du téléphone, le courrier était distribué plusieurs fois par jour. Il n’était donc pas étonnant de convenir de rendez-vous au moyen de cartes postales. Si, aujourd’hui, les réunions ne sont plus fixées par ce biais, la coutume d’envoyer une carte de son lieu de villégiature n’est pas encore révolue. Notamment parce que diverses app permettent de créer et d’expédier des modèles personnalisés.

Profitez de vos vacances d’été et écrivez (de nouveau) une carte postale. Pour le plus grand plaisir du facteur !

Quelques exemples tirés du vaste fond de cartes ayant appartenu à Liny Picard. Photos: Musée national suisse

Catégories

Sharing is caring
Sharing is caring
Andrej Abplanalp on Wordpress
Andrej Abplanalp
Historien et chef de la communication du Musée national suisse.

Votre commentaire





Simple Share Buttons