Le côté noir du chocolat

Lorsque François-Louis Cailler fonda en 1819 la première chocolaterie suisse dans le canton de Fribourg, ce furent tout d’abord les femmes et les enfants qui succombèrent à la gourmandise, les hommes préférant consommer du café et du tabac. Une situation qui n’évoluera pas jusqu’à la fin du XIXe siècle. Pendant ce temps, le nombre de producteurs de chocolats avait quant à lui augmenté. Ce nouveau secteur industriel devait séduire la gent masculine pour se développer davantage, ce qu’il parvint à faire grâce à l’armée.

L’apport calorique élevé, ainsi que le transport et le stockage aisés du chocolat en faisaient une denrée militaire parfaite: en premier lieu destinée aux fusilleurs suisses, elle fut par la suite consommée par les soldats de toute l’Europe. Seule ombre au tableau: c’est en réalité la Première Guerre mondiale qui contribua au succès fulgurant du chocolat. Si, en 1887, la Suisse n’en exportait que 502 tonnes, en 1915, cette quantité s’élevait à 27262 tonnes!

Caisse pour l'exportation du chocolat au lait Cailler. Photo: Musée national suisse

La chocolatiere Cailler à Broc, 1967. Source: RTS

Andrej Abplanalp on Wordpress
Andrej Abplanalp
Historien et chef de la communication du Musée national suisse.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire