Vignettes publicitaires pour la fabrique d’automobile SAFIR. Zurich: Graphische Anstalt J. E. Wolfensberger, 1907. Lithographie en couleur. Illustration: Musée national suisse

SAFIR, une voiture fabriquée à Zurich-Ouest

L’endroit où joue aujourd’hui l’orchestre de la Tonhalle et où se dresse fièrement la Prime Tower a été de 1913 à 1991 un site de production de roues dentées, de pompes et de machines-outils. Auparavant, de 1907 à 1910, on y fabriqua quelques dizaines d’automobiles de la marque SAFIR.

À Zurich-Ouest, les noms «Maag-Areal» et «Tonhalle Maag» rappellent l’ancien site industriel qui s’y trouvait. La fabrique d’automobile SAFIR n’existe plus. Les quelques imprimés publicitaires au graphisme remarquable aujourd’hui conservés dans la collection graphique du Musée national suisse sont quasiment les seuls témoins de son existence.

Une femme nue conduit de nuit, baignée d’une vive lumière, ses cheveux flamboyants au vent. Sortant d’un virage, elle passe tout près de l’observateur juste avant de s’enfoncer dans l’obscurité. Derrière elle se trouve une sorte de golem, un géant représenté accroupi dans des couleurs plus sombres qui confère une impression de force au bolide. Sous la lumière des phares, on peut lire la marque de la voiture: SAFIR. Les virages serrés en forme de «S» sont un clin d’œil à la première lettre de l’enseigne. On imagine très bien le bruit que pourrait faire cette scène. Plus que de la communication visuelle, il s’agit d’acoustique visuelle. Burkhard Mangold, un maître du graphisme publicitaire, un art encore récent à l’époque en Suisse, est ici à l’œuvre. Pour le compte du Zurichois Johann Edwin Wolfensberger et de son imprimerie innovante, le graphiste conçoit une campagne publicitaire pour la fabrique d’automobile SAFIR. Celle-ci comprend des vignettes publicitaires de petit format, des cartes publicitaires et des dépliants, ainsi que des affiches dans le nouveau format mondial F4. Le dynamisme et la puissance acoustique de la mise en scène, tout comme le produit mis en avant, sont tout à fait innovants pour 1908. À cette époque, la question d’autoriser l’accès aux routes aux automobiles fait souvent l’objet de débats.

La fabrique d’automobile SAFIR, fondée en 1906 à Rheineck par les deux Saint-Gallois Anton Dufour et Jakob Schmidheiny et transférée à Zurich en 1907, produit quelques dizaines de véhicules jusqu’en 1910. Max Maag, ingénieur mécanicien et fondateur de la fabrique de roues dentées Max Maag Zahnradfabrik, par la suite renommée Maag-Zahnräder AG, reprend en 1913 les locaux de la fabrique d’automobile liquidée en 1910. L’acronyme SAFIR signifie Schweizer Automobil Fabrik in Rheineck (fabrique d’automobile suisse à Rheineck). Anton Dufour, un pionnier de la technologie suisse à l’instar de Jakob Schmidheiny, qui deviendra plus tard président du conseil d’administration de la fabrique de machines Maschinenfabrik Escher Wyss AG, est le premier à conduire une automobile dans le canton de Saint-Gall. Par ailleurs, c’est à la fabrique SAFIR que Rudolf Diesel, l’inventeur du moteur du même nom, développe en 1908 le premier moteur à auto-allumage à rendement élevé et franchit ainsi une étape décisive dans le domaine de la propulsion des véhicules utilitaires.

Affiche de petit format réalisée par Graphische Anstalt J. E. Wolfensberger pour la fabrique d’automobile SAFIR de Zurich. Graphiste: Burkhard Mangold. 1908. Lithographie en couleur. Illustration: Musée national suisse

Un véhicule SAFIR en marche. Photo: Musée national suisse

Dépliant pour la fabrique d’automobile SAFIR. Zurich: Graphische Anstalt J. E. Wolfensberger. Illustration: Musée national suisse

Felix Graf
Conservateur de la collection Estampes et gravures du Musée national suisse jusqu’à son départ en retraite à mi-2017, puis journaliste indépendant.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire