Vitrail du XVIe siècle représentant Charlemagne. Photo: Musée national suisse

Un roi dans la tempête

Que fait un roi pris dans une violente tempête de neige? Il promet au Tout-Puissant de lui ériger un monastère s’il survit. C’est exactement ce que Charlemagne fit dans les Grisons, nous dit la légende.

La tempête faisait rage, la neige fouettait le col de l’Umbrail, Charlemagne et ses hommes progressaient à grand-peine sous les bourrasques de vent glacé. Où était le chemin? Combien de temps pourraient-ils encore tenir dans ce froid terrible? Charlemagne lança alors un cri de détresse vers le ciel: «Seigneur, si Tu m’accordes de survivre à cette tempête, je Te ferais construire un monastère.»

L’histoire commence avec les Lombards, qui était une source d’ennuis pour Charlemagne, alors roi des Francs, comme ils l’avaient été pour son père Pépin le Bref. Ce peuple, installé en Italie du Nord, tentait d’en conquérir le sud, menaçant au passage le pape à Rome. Charlemagne vint en aide au chef de l’Église, faisant ployer le genou aux envahisseurs comme son père l’avait fait avant lui. Mais à l’inverse de Pépin le Bref, il ne se contenta pas d’obliger le roi des Lombards à reconnaître la suprématie franque; il s’empara de sa couronne, se proclamant roi des Lombards à sa place.

Lors du retour, en 774, la légende raconte que Charlemagne se trouva pris dans une effroyable tempête de neige en traversant le col de l’Umbrail. En proie au désespoir, il fit le vœu de fonder un monastère si les éléments déchaînés l’épargnaient. Charlemagne s’en tira sain et sauf et fonda à l’endroit même l’abbaye Saint-Jean-Baptiste de Müstair.

Vue aérienne du monastère Saint-Jean-Baptiste de Müstair (GR). Photo: Musée national suisse / Georg Gerster-Colonder

Peinture murale représentant l’Ascension du Christ, monastère Saint-Jean-Baptiste de Müstair (GR). Photo: Musée national suisse

La tempête faisait rage, la neige fouettait le col de l’Umbrail, Charlemagne et ses hommes progressaient à grand-peine sous les bourrasques de vent glacé. Où était le chemin? Combien de temps pourraient-ils encore tenir dans ce froid terrible? Charlemagne lança alors un cri de détresse vers le ciel: «Seigneur, si Tu m’accordes de survivre à cette tempête, je Te ferais construire un monastère.»

L’histoire commence avec les Lombards, qui était une source d’ennuis pour Charlemagne, alors roi des Francs, comme ils l’avaient été pour son père Pépin le Bref. Ce peuple, installé en Italie du Nord, tentait d’en conquérir le sud, menaçant au passage le pape à Rome. Charlemagne vint en aide au chef de l’Église, faisant ployer le genou aux envahisseurs comme son père l’avait fait avant lui. Mais à l’inverse de Pépin le Bref, il ne se contenta pas d’obliger le roi des Lombards à reconnaître la suprématie franque; il s’empara de sa couronne, se proclamant roi des Lombards à sa place.

Lors du retour, en 774, la légende raconte que Charlemagne se trouva pris dans une effroyable tempête de neige en traversant le col de l’Umbrail. En proie au désespoir, il fit le vœu de fonder un monastère si les éléments déchaînés l’épargnaient. Charlemagne s’en tira sain et sauf et fonda à l’endroit même l’abbaye Saint-Jean-Baptiste de Müstair.

Une fresque historique en 100 épisodes

Benedikt Meyer
Benedikt Meyer est historien et chroniqueur. Il écrit entre autres pour le magazine de voyage Transhelvetica.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire