Montres-bracelets Swatch.
Musée national suisse

Swatch

Dans les années 1980, l’industrie horlogère suisse était «sur son lit de mort». Elle fut sauvée par Nicolas Hayek et la modernité de ses montres Swatch.

La Suisse s’était endormie, mais ce n’était pas dû à l’heure d’été. Dans l’arc jurassien, les heures ne tournaient pas plus lentement, mais plus doucement. Elles étaient entraînées par une technologie qui était devenue désuète. Les Japonais – Nicolas Hayek devait lui aussi le reconnaître – avaient pris de court la Suisse.

Dans notre pays, l’horlogerie s’inscrivait dans une tradition de longue date. Les montres avaient tout d’abord été confectionnées à Genève au XVIIe siècle, puis de plus en plus dans l’arc jurassien. Elles n’étaient pas d’aussi bonne qualité que dans les métropoles horlogères telles que Paris ou Londres bien sûr, mais tout de même. Puis la révolution française et industrielle éclatèrent en France et en Angleterre, et la Suisse devint peu à peu le cœur de l’industrie horlogère. Pendant longtemps, ce travail fut effectué à domicile: le soir ou durant les longs hivers, les paysans confectionnaient aiguilles, roues dentées, vis et boîtiers. De manière indépendante, de leur propre initiative et, avec le temps, de façon de plus en plus professionnelle. C’est seulement au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle que la production s’installa dans les usines. Certains se tournèrent vers l’anarchisme, mais ne parvinrent pas à enrayer la montée des grandes maisons d’horlogerie.

Les montres étaient indispensables: elles battaient la mesure de l’industrialisation, trottaient au rythme de la modernité. En 1870, la Suisse produisait les trois quarts de l’ensemble des montres du monde et cette activité devint l’un de ses symboles: bientôt, «suisse» fut synonyme de «ponctualité» et de ««précision».

Un horloger devant un tour chez Patek Philippe & Cie, vers 1950.
Musée national suisse

Toutefois, dans les années 1920-1930, les crises favorisèrent la création de cartels, ce qui amena les horlogers à se reposer sur leurs lauriers. En 1967, la première montre-bracelet à quartz vit le jour à Neuchâtel. Mais seuls quelques milliers de pièces furent produites. Ce fut bien différent au Japon: Seiko produisit bientôt des millions de montres à quartz dotées d’un écran et d’un affichage numérique. Cela entraîna l’effondrement des usines de l’arc jurassien. Près des deux tiers des 90 000 emplois du secteur suisse de l’horlogerie furent supprimés. Les jours du secteur horloger semblaient comptés et la crise rongeait l’identité que la Suisse avait construite.

Nicolas Hayek redoubla d’efforts dans les années 1980 pour revenir sur la scène internationale avec ses montres Swatch.
Musée national suisse / ASL

Documentaire sur le sauvetage de l’industrie horlogère suisse.
YouTube / RTS

Son sauveur était petit et rondelet, au nez proéminent. Nicolas Hayek avait été appelé en tant que conseiller. Il investit toutefois bientôt dans la branche et prit largement part en 1983 à la fusion entre la SSIH et l’Asuag, qui donna naissance au groupe Swatch. Il veilla à ce que la production soit bon marché, mais c’est le marketing qui fut particulièrement décisif. Swatch lança des montres en plastique aux couleurs vives, les montres Flik Flak pour enfants, ainsi que de nombreux autres modèles se soumettant aux changements rapides de la mode. Et le groupe misa sur l’étiquette «Swiss made», pour laquelle la Confédération avait adopté des définitions très précises.

Il réussit ainsi à adapter les montres à l’ère du temps. Petit à petit, les horlogers suisses rattrapèrent leur retard et s’assurèrent que les montres suisses ne s’arrêtent jamais... à l’exception de celle du célèbre chansonnier bernois Mani Matter.

UNE FRESQUE HISTORIQUE EN 100 ÉPISODES

240'000'000 av. J.-C.

Des dinosaures au Monte San Giorgio

CONTINUER

12'000 av. J.-C.

Rhinocéros laineux et mégacéros

CONTINUER

4000 av. J.-C.

Le mythe des Lacustres

CONTINUER

1500 av. J.-C.

Transpercer, frapper, couper

CONTINUER
Bridon Mors de l’âge du bronze.

500 av. J.-C.

Les braves

CONTINUER

150 av. J.-C.

Le commerce à la mode celte

CONTINUER
Bataille opposant les Romains et les Helvètes.

58 av. J.-C.

Quand César refoula les Helvètes

CONTINUER
Sol romain en mosaïque.

20 ap. J.-C.

Dolce vita à Zurich

CONTINUER

50 ap. J.-C.

Des armes et des jeux à Vindonissa

CONTINUER

70 ap. J.-C.

L’ascension d’un petit village de province

CONTINUER

246 ap. J.-C.

Meurtre dans les thermes romains

CONTINUER

275 ap. J.-C.

La sandale romaine

CONTINUER

295 ap. J.-C.

Aux frontières de l’Empire romain

CONTINUER

303 ap. J.-C.

Saint Maurice

CONTINUER

401 ap. J.-C.

Sainte Vérène

CONTINUER

522 ap. J.-C.

Les «rois intrigants»

CONTINUER

591 ap. J.-C.

Maudit Tuggen

CONTINUER

753 ap. J.-C.

Noël à Romainmôtier

CONTINUER

774 ap. J.-C.

Un roi dans la tempête

CONTINUER

819 ap. J.-C.

Le plan de Haito

CONTINUER

917 ap. J.-C.

Les chevaliers de l’Apocalypse à Bâle

CONTINUER

962 ap. J.-C.

Deux femmes fortes

CONTINUER

999 ap. J.-C.

Le crépuscule des Burgondes

CONTINUER

1030 ap. J.-C.

Radbot et le château de l’autour

CONTINUER

1157 ap. J.-C.

Un duc sans duché

CONTINUER

1211

Courage valaisan et ruse bernoise

CONTINUER

1240

La cité disparue

CONTINUER

1315

L’embuscade de Morgarten

CONTINUER

1319

La forteresse du lac

CONTINUER

1308

Agnès de Hongrie

CONTINUER

1347

La peste

CONTINUER

1356

Le grand tremblement de terre de Bâle

CONTINUER

1415

L’Argovie, berceau politique de la Suisse

CONTINUER

1473

Lutte au bord du lac de Constance

CONTINUER

1506

Les mercenaires

CONTINUER

1516

Érasme de Rotterdam

CONTINUER

1524

Les noces du curé

CONTINUER

1527

Un personnage controversé

CONTINUER

1536

L’autre conquête de l’ouest

CONTINUER

1540

La sécheresse

CONTINUER

1618

Ni vainqueur ni vaincu

CONTINUER

1687

Les huguenots

CONTINUER

1697

Étrange tubercule

CONTINUER

1731

La dernière sorcière de Fribourg

CONTINUER

1748

e comme Euler

CONTINUER

1765

L’île de Rousseau

CONTINUER

1798

La résistance des Nidwaldiens

CONTINUER

1800

Frédéric-César de La Harpe

CONTINUER

1804

Le mythe de Guillaume Tell

CONTINUER

1806

Goldau sous la roche

CONTINUER

1814

Barry le saint-bernard

CONTINUER

1815

Nouveau départ à Vienne

CONTINUER

1816

L’été de Frankenstein

CONTINUER

1832

La révolte contre les machines à Uster

CONTINUER

1839

Le déboisement dans la vallée de Peccia

CONTINUER

1847

Le Sonderbund

CONTINUER

1850

Le franc suisse

CONTINUER

1851

L’Amérique

CONTINUER

1853

Des trains pour Zurich

CONTINUER

1864

Tutti Fratelli

CONTINUER

1865

Chute mortelle au Cervin

CONTINUER

1871

Bourbaki

CONTINUER

1872

Des anarchistes dans le Jura

CONTINUER

1879

Le doux côté de la Suisse

CONTINUER

1880

Le percement du Gothard

CONTINUER

1881

Heidi

CONTINUER

1885

Un jardin d’hiver pour artistes

CONTINUER

1893

L’interdiction de l’abattage rituel

CONTINUER

1898

Masculin générique

CONTINUER

1905

La miraculeuse année d’Einstein

CONTINUER

1915

Les rouges discours de Zimmerwald

CONTINUER

1916

Dada

CONTINUER

1918

Un mois de novembre fébrile

CONTINUER

1925

Le magasin roulant

CONTINUER

1934

Un remonte-pentes à Davos

CONTINUER

1935

On ne parle pas d’argent

CONTINUER

1938

Romanche

CONTINUER

1939

Des pistes de ski à l’Orient

CONTINUER

1941

Maurice Bavaud

CONTINUER

1943

Bâle, une ville aux drôles de couleurs

CONTINUER

1956

Betty Bossi

CONTINUER

1957

Mister Univers

CONTINUER

1958

Une femme seule contre tous

CONTINUER

1961

Le vélomoteur

CONTINUER

1962

Ursula Andress et le bikini

CONTINUER
Benedikt Meyer
Benedikt Meyer est historien et chroniqueur.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire