Portfolio. Catalogue d’exposition. Swiss Graphic Design / Graphisme design suisse. 1971-1972-1973. Le premier des 6 feuillets du portfolio, imprimé avec un choix d’œuvres présentées dans l’exposition.

Georges Calame : rigueur, sobriété et cohérence

Né à Genève en 1930, Georges Calame (†1999) y suit les cours de l’Ecole des arts industriels dont il ressort, après un séjour à Paris, graphiste diplômé en 1953. La même année, il ouvre un atelier et collabore avec des agences de publicité. Il entame une carrière qui portera principalement sur les aménagements d’espaces et d’expositions, les logotypes et le corporate design, les imprimés et les réalisations publicitaires dont d’importantes affiches, le graphisme de livres, la signalétique.

Dès ses premiers travaux, il se réfère aux principes du « Swiss Style ». Il témoigne d’une grande attention à la structure et la cohérence de la composition. Son graphisme est rigoureux, minimaliste, équilibré et précis tant pour l’image qu’il aime simplifier jusqu’à l’abstraction que pour la typographie toujours très maîtrisée. Son affiche pour le Salon des Arts ménagers de 1956 à Genève est primée au Concours des meilleures affiches suisses de l’année. Il est alors un des rares graphistes romands à y être distingué et compte finalement treize distinctions à cette manifestation.

Expo 1964, Lausanne. Vue de l’intérieur du pavillon des machines textiles (gauche) et du pavillon Route et circulation

En 1957, il réalise le pavillon italien de l’exposition Graphic 57 à Lausanne et en 1958 il remporte le concours pour l’affiche du IVe Centenaire de l’Université de Genève. Ses réalisations commencent à être publiées dans la presse spécialisée internationale. Son succès commence et ses clients s’élargissent à la Suisse alémanique, comme la firme Siegfried à Zofingue. Pour l’Exposition nationale suisse en 1964 à Lausanne, il conçoit deux pavillons qui lui valent une grande notoriété. Dans la foulée, sa carrière internationale débute. Les réalisations s’enchaînent. Il conçoit trois pavillons pour l’Exposition universelle de 1967 à Montréal, un pour le Foire internationale de Brno en 1968 et établit le projet de celui de la Suisse pour la Triennale de Milan.

En 1967, il devient membre de l’Alliance graphique internationale (AGI) et s’investit dans la promotion et l’enseignement du graphisme. En 1969, il conçoit et réalise la première biennale suisse du design « Dybs 69 » et en 1971 la « Swiss Graphic Design », exposition itinérante au Canada et en Europe. De 1969 à 1974, il assume la codirection du Pakistan Design Center à Karachi.

Affiche. biennale suisse industrial design, hôtel de ville, 7 juin-3 août 1969. dybs 69, design à Yverdon.

Affiche. Meubles Tagliabue. 1965

Affiche. Meubles Tagliabue. 1994

Il est le lauréat de plusieurs concours importants, notamment ceux du groupe Arbed au Luxembourg en 1973 et de la Fondation du Palais des expositions de Genève en 1978. Au début des années 1970, il développe une approche globale de la communication afin que toutes ses expressions soient cohérentes. Il la met en œuvre notamment pour la firme française Total et la Banque hypothécaire du canton de Genève. Il compte parmi sa clientèle les Meubles Tagliabue Knoll, le CICR, les PTT, BMW dont il conçoit les bannières devant le siège de la marque à Munich, le Kitayama Institute à Tokyo. L’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne lui doit sa signalétique de la fin des années 1970. Georges Calame a beaucoup œuvré à l’étranger, notamment en Belgique, au Pakistan et au Japon.

Système d`orientation du complexe EPFL. Cheminement et informations. Environ 1979

Il travaille également dans le domaine culturel et conçoit des affiches et des catalogues pour le Cabinet des Estampes du Musée d’art et d’histoire de Genève qui lui consacre en 1983, avec trois autres collègues genevois, une exposition marquante. La même année, il réalise vingt-quatre affiches pour l’« Eté japonais » organisé par la Ville de Genève en multipliant les variantes dont la cohérence vient des quatre couleurs utilisées et de la ligne typographique de biais.

Le succès de Georges Calame repose sur un graphisme marqué par la rigueur, la sobriété et la cohérence. Les images sont construites avec une précision mathématique. Avec imagination, Georges Calame part souvent d’un élément de la réalité parfois inattendu– objet ou lettre – qu’il épure à l’extrême pour en dégager la forme la plus élémentaire, presque abstraite. Quand ils ne font pas partie eux-mêmes de l’illustration, les textes sont courts, dans des polices de caractères simples et lisibles, ramassés dans des espaces restreints de manière à laisser parler l’image.

Affiche. Un regard sur l`art japonais d`aujourd`hui. Musée Rath, Musée d`art et d`histoire Genève, 30 juin - 25 septembre 1983

Georges Calame, 1960

Jean-Charles Giroud
Ancien directeur de la Bibliothèque de Genève et ancien conservateur de sa collection d'affiches. Travaille aujourd'hui comme historien de l'affiche.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire