L’époque où la musique a commencé à pénétrer dans les chambres à coucher

Cela fait à peine 140 ans que l’on peut graver les notes sur des supports sonores. Les plus anciens sont des cylindres phonographiques recouverts d’une feuille d’étain. Apparu à la fin du XIXe siècle, le disque en cire est remplacé au début des années 1960 par le disque vinyle, plus solide, dont le lancement sur le marché coïncide avec celui des premiers tourne-disques portables. Le gramophone valise commence à faire un tabac chez les jeunes, qui peuvent ainsi écouter les tubes des sixties dans leur chambre à coucher.

Le gramophone portable blanc avec haut-parleur incorporé commercialisé en 1965 par Lenco, une entreprise de Berthoud, était à l’époque l’un des appareils les plus prisés. Il permettait d’écouter des disques 16, 33, 45 ou 88 tours. Il fallait toutefois un câble pour relier l’appareil au réseau électrique, ce qui limitait sa mobilité.

Fan d’un groupe de filles français

Le gramophone ci-contre faisait la fierté d’une ado de Crans-Montana dans les années 1960. Dans la maison de ses parents, elle écoutait les hits du moment retransmis sur les ondes moyennes via l’émetteur de Sottens. Ce qui l’amena notamment à acheter les disques d’un groupe yéyé français composé exclusivement de filles, Les Parisiennes.

De la chambre à coucher aux salles de concert, il n’y avait qu’un pas à franchir. Les fans se retrouvaient donc tôt ou tard à Montreux. Ces dernières décennies, les plus grands artistes du monde se sont produits dans le cadre du Montreux Festival Jazz, faisant de la petite ville de la Riviera vaudoise le rendez-vous incontournable des stars de la musique. Le Musée national revient sur 50 ans d’histoire de la manifestation.

Montreux. Jazz depuis 1967

Musée national Zurich

19.1. – 21.5.2018

David Bowie, Miles Davis ou Deep Purple – tous ont déjà participé au Montreux Jazz Festival. Fondé en 1967, il compte aujourd’hui parmi les événements musicaux les plus célèbres au monde et réunit chaque année les plus grands noms de la musique. Cette manifestation, qui a normalement lieu sur les rives du lac Léman, prend provisoirement ses quartiers à Zurich, sous la forme d’une exposition. Le Musée national revient sur les 50 ans d’histoire du festival, évoque le légendaire Claude Nobs et emplit les salles d’exposition de musique tout en proposant d’extraordinaires incursions en coulisses. Pour une fois, les stars semblent à portée de main.

Tourne-disque portable de Lenco. Berthoud, 1960. Photo: Musée national suisse

Le groupe français, Les Parisiennes, l’une des premières formations composées exclusivement de filles, comptait de nombreux fans suisses.

Erika Hebeisen on Wordpress
Erika Hebeisen
Historienne et conservatrice au Musée national suisse

Catégories

Sharing is caring
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Votre commentaire