Duel d’Othon de Grandson et de Gérard d’Estavayer représenté vers 1483 dans l’Amtliche Berner Chronik de Diebold Schilling.
Duel d’Othon de Grandson et de Gérard d’Estavayer représenté vers 1483 dans l’Amtliche Berner Chronik de Diebold Schilling. Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne

Le dernier chevalier-poète

Comment Othon de Grandson (1340? –1397), poète important du Moyen Âge, est mort dans un duel.

Alain Corbellari

Alain Corbellari

Professeur de littérature française et médiévale, Universités de Lausanne et Neuchâtel.

Nous sommes le 7 août 1397, à Bourg-en Bresse. Un fringant chevalier se bat en duel judiciaire avec un vieux briscard qui l’aurait sans doute fait trembler dix ans auparavant. Mais ce jour-là, chacun voit qu’Othon III de Grandson n’est plus ce qu’il était, et le jeune coq, Gérard d’Estavayer, n’en fait qu’une bouchée. Ce duel n’est pas, comme on l’a trop dit, le dernier « jugement de Dieu » du Moyen Âge, mais il fait tout de même éclater aux yeux des assistants le scandale d’un type d’épreuve auquel plus grand monde ne croit. A-t-il lui-même les yeux secs, le tout jeune (et premier !) duc de Savoie Amédée V – futur antipape Félix V – dont Othon passait cependant pour complice dans l’assassinat de son père le «comte Rouge» Amédée VII?
Quel âge pouvait avoir Othon ? Moins de soixante ans, puisqu’au-delà de cet âge il aurait été dispensé de duel. Mais pas beaucoup moins, puisqu’il s’était marié en 1365 et que cela faisait beau temps que ses exploits chevaleresques, de l’Écosse à la Péninsule ibérique, défrayaient la chronique. Il faut dire qu’il a vécu son lot d’aventures : ambassadeur et guerrier, il tomba dans maints traquenards, connut des naufrages et fut même retenu prisonnier en Espagne. Surtout, guerre de Cent Ans oblige, il s’est battu pour les Anglais, dont les Savoie étaient les alliés depuis un siècle (Othon Ier, arrière-grand-oncle de notre poète, leur doit sa fortune), ce qui lui permit d’ailleurs de faire très honorablement connaître ses talents poétiques outre-Manche, où Geoffrey Chaucer, l’illustre auteur des Contes de Canterbury, le saluant comme «la fleur des poètes de France», imita certains de ses poèmes et lança avec lui la mode des poèmes de la Saint-Valentin, pour lesquels Othon est resté célèbre. Par son Livre Messire Ode et ses nombreuses ballades, qui mettent en contraste la légèreté des valentines et la gravité de «l’homme vêtu de noir», Othon est resté le plus illustres des chevaliers-poètes de son temps et a fait briller d’un ultime feu le lyrisme amoureux médiéval.
Page d’un manuscrit de poésies d’Othon de Grandson, Les responses de cent Balades, vers 1430.
Page d’un manuscrit de poésies d’Othon de Grandson, Les responses de cent Balades, vers 1430.
Pages d’un manuscrit de poésies d’Othon de Grandson, Les responses de cent Balades, vers 1430. Bibliothèque cantonale et universitaire - Lausanne
Mais, favori de la cour d’Amédée VII, Othon n’était pas sans susciter des jalousies. La mort brusque et suspecte du comte, suite à laquelle fut compromise jusqu’à la mère d’Amédée, permit de l’écarter. Othon s’exila en France où, malgré ses états de service anglais, il fut fort bien accueilli : Charles VI se porta garant de son innocence et Christine de Pizan le plaignit dans une de ses ballades. Mais les seigneurs vaudois ne désarmèrent pas: Gérard d’Estavayer avait en effet sur Othon, dont le château patrimonial (qu’il n’occupa jamais) fait toujours face à celui de son adversaire de part et d’autre du lac de Neuchâtel, l’avantage d’avoir un bon ancrage local. Paradoxe piquant: c’est ainsi en grande partie faute d’avoir été suffisamment vaudois que notre trop cosmopolite auteur, dont on s’ingénie aujourd’hui à faire le «premier poète romand», a perdu la vie.
Château de Grandson sur le lac de Neuchâtel.
Château de Grandson sur le lac de Neuchâtel. Musée national suisse
Quant à la «femme» de Gérard qu’aurait courtisée Othon, il ne s’agit là que d’une vulgaire légende née d’un contresens sur le mot «fame» (du latin fama, «réputation») utilisé par un chroniqueur du XVe siècle pour expliciter ce qu’enviait Gérard chez son aîné. Il est vrai qu’on ne prête qu’aux riches… Et Amédée VII dans tout cela? Ce que des contemporains paranoïaques avaient pris pour un empoisonnement criminel était simplement le résultat du tétanos, contracté suite à un bête accident de chasse!

Série: 50 person­na­li­tés suisses

L’histoire d’une région ou d’un pays est celle des hommes qui y vivent ou qui y ont vécu. Cette série présente 50 person­na­li­tés ayant marqué le cours de l’histoire de la Suisse. Certaines sont connues, d’autres sont presque tombées dans l’oubli. Les récits sont issus du livre de Frédéric Rossi et Christophe Vuilleu­mier, intitulé «Quel est le salaud qui m’a poussé? Cent figures de l’histoire Suisse», paru en 2016 aux éditions inFolio.

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.