Les sœurs Gordon lors d’un combat spectacle en 1910. Le film de Thomas Edison est l’un des premiers montrant des femmes boxant. Library of Congress

La boxe féminine en Suisse: un long combat pour l’égalité des sexes

C’est en 1880 que quelques femmes firent, pour la première fois, leur entrée sur un ring de boxe. Elles étaient alors reléguées à des spectacles qui s’apparentaient plutôt à du cirque et elles durent lutter jusque dans les années 1990 pour pouvoir enfin participer à de vrais combats reconnus par la discipline.

Michael Jucker

Michael Jucker

Michael Jucker est historien du sport, directeur de Swiss Sports History et co-directeur du musée du club de football de Zurich.

Dans le monde, le combat au poing est pratiqué dans différentes cultures comme sport, art ou discipline d’autodéfense. La boxe moderne, forme la plus connue et répandue de combat au poing, puise ses origines en Angleterre où elle a été pratiquée pour la première fois selon ses règles actuelles. Certes, la boxe est toujours considérée comme un sport éminemment masculin, une affaire de gros bras et, pour certains, entachée de violence et de brutalité. Au cours de l’Histoire, la gent féminine y fut pourtant bien représentée et, depuis l’Antiquité, les combats au poing même entre femmes ne furent pas rares. Cet aspect n’a cependant été que très peu étudié et reste encore mal connu. C’est en tout cas, de haute lutte, que les femmes se sont taillé une place dans ce sport. En voici un bref historique:
C’est de 1880 que datent les premiers témoignages de l’existence de boxeuses en Suisse. Le professeur de gymnastique et d’escrime lausannois, Louis Brun, et son beau-père, C. Reynold, proposaient alors des entraînements de boxe dans les grandes salles lausannoises. Cela n’avait certes quasiment rien de commun avec une préparation au combat proprement dite, mais tenait plutôt de prestations de nature artistique empruntant tantôt à la gymnastique tantôt à l’escrime et à l’autodéfense. Selon les rôles de genre de l’époque dits «naturels», mais fondés sur des théories pseudoscientifiques, les femmes devaient veiller à leur «santé» (sous-entendu à leur «fertilité» au service de la Nation) grâce à une gymnastique «douce» dans le cadre d’une éducation visant à faire d’elles des «demoiselles élégantes et gracieuses». Selon la même logique biologique, les hommes devaient, quant à eux, faire du sport pour disséminer «des gènes de bonne qualité». Cette forme de prévoyance santé orientée pour les hommes sur la force et le combat devait leur permettre d’assumer leur rôle de soldat et de citoyen pour «la survie de la Nation». C’est ainsi que les sports de combat tels que la boxe étaient estampillés «masculin» et que des femmes se risquant à la boxe pouvaient mettre leur «beauté» en jeu.
Certificat d’un cours de janvier 1905 chez Louis Brun.
Certificat d’un cours de janvier 1905 chez Louis Brun. Archives cantonales vaudoises
Miss Sanderson
Miss Sanderson était l’épouse de Pierre Vigny, qui dirigeait depuis les années 1890 une école de sport de combat à Genève. Elle est appelée «championne de boxe» dans un film de réclame pour l’école de Vigny en 1908 sur le thème de l’autodéfense, à ce titre, elle fait partie des premières boxeuses en Suisse. The Bartitstu Society
En 1910, de nouvelles académies de boxe destinées au public féminin virent le jour en Romandie, mais n’occupèrent qu’un rôle marginal dans l’univers du sport et de la gymnastique suisse. Les premières boxeuses furent ainsi souvent les épouses ou filles d’entraîneurs. Ces académies s’orientèrent ensuite résolument vers la gymnastique et la danse. La boxe féminine fut donc insidieusement étouffée dans l’œuf au moment même de sa naissance. Pourquoi il en fut ainsi est difficile à élucider, mais certains développements concomitants peuvent contribuer à expliquer pourquoi la boxe féminine a été ainsi évincée.
Cet article se base sur les premiers résultats de recherche du travail de master de Sven Gautschi, intitulé «Les femmes et "The Manly Art" en Suisse. Une première analyse sur la boxe et sa difficile relation avec la population féminine».
Avec la création de la Fédération suisse de boxe (FSB) en 1913, la définition et les buts de la boxe en Suisse se précisent: sport de combat régi par les règles du modèle anglais et exclusivement réservé aux hommes. En plus des stéréotypes de genre habituels évoqués ci-dessus, la FSB est également influencée par certains développements nationaux et internationaux. Sur le plan international, la décision du Comité international olympique (CIO) de n’inscrire à son programme que la boxe masculine fut déterminante. En outre, sur le plan national, les institutions fédérales décidèrent d’inscrire la boxe dans les programmes de formation de la police et de l’armée. Tous ces éléments ont convergé pour favoriser et renforcer la conception masculine de la boxe; laquelle ne voyait que des conséquences économiques et sociales néfastes à la diffusion de la boxe féminine.
Aux États-Unis aussi, les femmes boxeuses étaient au début livrées en spectacle. Comme les sœurs Gordon, les sœurs Bemett combattaient dans des spectacles de cirque pour amuser le public.
Aux États-Unis aussi, les femmes boxeuses étaient au début livrées en spectacle. Comme les sœurs Gordon, les sœurs Bemett combattaient dans des spectacles de cirque pour amuser le public. Library of Congress

La boxe féminine, un plaisant divertissement

Dorénavant, les femmes ne sont plus représentées qu’en marge de l’univers de la boxe: viragos débridées, spectatrices émues et choquées par l’âpreté du combat masculin, mais aussi actrices de spectacles de cirque et de variétés où des combats de boxe en règle étaient organisés. Au programme: une prise d’érotisme et une contre-prise de burlesque qui ne manquaient pas d’attirer principalement la gent masculine. Ce type de spectacles étaient avant tout un divertissement qui cimentait encore davantage les rôles de genre établis. Cette perception est encore renforcée, lorsqu’à partir de 1950, à Stockholm, la boxe est intégrée dans des concours de beauté! Plus tard, un pas est encore franchi avec la boxe nue, introduite, non pour retourner à l’idéal antique, mais, comme ce fut souvent le cas dans l’univers de la boxe, pour trouver de nouvelles sources de revenus. L’indignation collective fut certes grande, mais de courte durée.
Une compagnie de danse anglaise en cours de boxe en 1929.
Une compagnie de danse anglaise en cours de boxe en 1929. Keystone/Imagno

Un long combat pour l’égalité des sexes

Vinrent ensuite s’ajouter les interdictions officielles qui rendirent encore plus difficile aux femmes la pratique du combat au poing. Avec l’introduction du droit de vote des femmes en 1971 et l’adoption de l’article sur la promotion du sport dans la Constitution fédérale, la boxe féminine faisait alors son chemin dans le monde du sport. Mais, en dépit de ces avancées, la Fédération suisse de boxe n’autorisa le combat de boxe féminine que dans les années 1990. La conception (majoritairement masculine) selon laquelle ce sport impliquant des combats serait inapproprié pour les femmes, car trop brutal, est restée longtemps étonnement tenace. Parallèlement, il lui fut reconnu, comme pour d’autres sports, son utilité pour la santé, la forme physique ou l’autodéfense. Dans cette optique, le Boxclub Basel fut le premier en 1992 à programmer des entraînements de boxe et de la boxe loisir pour les femmes.
Compte rendu de la boxe au féminin, 2007. RTS
1996 marqua un grand tournant. C’est cette année-là que l’audacieuse Christina Nigg, première et actuelle chef du sport de compétition de Swiss Boxing (ancien FSB), entra sur le ring en qualité de boxeuse amatrice. En effet, la Fédération suisse de boxe avait dû lui remettre, malgré ses réticences, la licence amateur conformément à la réglementation internationale. Niggs Ziel tenta, quant à elle, de décrocher une licence professionnelle, mais elle mordit la poussière essuyant le refus de la FBS. Elle s’esquiva alors à l’étranger et obtint des licences en Allemagne et aux États-Unis. Suite à un long combat contre les préjugés et pour la cause de la boxe féminine, et après avoir obtenu le titre de championne du monde en 1998, Nigg obtint en 1999 la première licence professionnelle accordée à une femme en Suisse. Nigg continue son combat pour l’égalité des sexes dans la boxe, non plus en jouant des poings, mais en usant d’arguments imparables contre des opinions fausses selon lesquels, par exemple, la boxe causerait le cancer du sein ou d’autres risques d’ordre médical.
En peu de temps, l’image des boxeuses en Suisse s’est transformée. Alors qu’au début du XXe siècle, la boxe féminine se serait presque imposée, en particulier, dans la région de Genève, son évolution a été stoppée. Elle est passée de combats de cirque, clandestins et teintés d’érotisme réprouvés à une discipline sportive reconnue, ce qui a été obtenu de haute lutte par des combattantes isolées telles que Christina Nigg ou Anyia Seki. Comme pour d’autres évolutions, celle-ci a pris plus de temps en Suisse qu’ailleurs, et des progrès restent encore à faire: des inégalités de revenus publicitaires, des possibilités d’entraînement et de rémunérations sont toujours d’actualité.

Swiss Sports History

Ce texte est le fruit d’une collaboration avec Swiss Sports History, le portail consacré à l’histoire du sport suisse. Ce dernier a pour vocation de fournir des services de médiation scolaire ainsi que des informations aux médias, aux chercheurs et au grand public. Pour en savoir plus, rendez-vous sur sportshistory.ch.

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.