Portrait d'Hélène de Pourtalès, vers 1878.
Portrait d'Hélène de Pourtalès, vers 1878. Getty Museum / Paul Nadar

La première championne olympique

La Genevoise Hélène de Pourtalès (1868-1945) a remporté l'or aux Jeux olympiques de 1900. Largement inconnue aujourd'hui, cette navigatrice pionnière a ouvert la voie à d'autres femmes pour atteindre les Jeux olympiques.

Christophe Vuilleumier

Christophe Vuilleumier

Christophe Vuilleumier est historien et membre du comité de la Société suisse d’histoire. On lui doit plusieurs contributions sur l’histoire helvétique du XVIIe siècle et du XXe siècle.

Originaire du canton de Vaud, Henry Isaac Barbey (1832-1906) avait fait fortune aux États-Unis. Il avait en l’occurrence été l’un des principaux investisseurs de la ligne ferroviaire du Buffalo, Rochester and Pittsburgh Railway. Suisse mais parlant couramment l’anglais, Henry épousait Mary Lorillard (1841-1926) le 12 janvier 1865, une femme appartenant à une richissime famille de la haute société new-yorkaise. Mary était en l’occurrence l’héritière de la Lorillard Tobacco Company (LTC) que son aïeul avait créé en 1760, et qui commercialisait des cigarettes, notamment sous le nom de Kent. Le couple allait emménager dans un premier temps au 17 West 38th Street à New-York, tout en se rendant tous les étés en Europe et, bien entendu, en Suisse romande où la famille Barbey possédait plusieurs propriétés. Le 28 avril 1868, naissait à New-York leur premier enfant Hélène.
Henry Isaac Barbey, peint par Wilhelm Heinrich Funk, 1904.
Henry Isaac Barbey, peint par Wilhelm Heinrich Funk, 1904. Wikimedia
La fortune colossale du couple Barbey permettrait bien entendu à Henry de laisser libre court à ses passions. Et parmi celles-ci, la marine. L’homme d’affaire devait en l’occurrence ramener lors de l’un de ses retours à Genève le Minnehaha, un petit vapeur baptisé du nom d’une princesse amérindienne. L’histoire ne nous dit pas comment le vapeur de l’Hudson traversa l’Atlantique mais l’on sait qu’il parvint à Genève où il fut mis à l’eau à Bellevue, à proximité de Genève. L’événement fit sensation. Le couple ne tarda pas à être au centre de la bonne société locale, fréquentant les notables les plus en vue de la cité comme le Conseiller d’Etat Arthur Chenevière ou Guillaume Henri Dufour. Et, parmi les personnes de l’entourage des Barbey, la Baronne Julie de Rothschild. Celle-ci, une femme excentrique détenant une richesse considérable, avait fait construire en 1876 à Bellevue, à quelques centaines de mètres de la demeure des Barbey, un bateau à vapeur, La Gitana, dont elle partageait la passion avec Henry, qui devait pulvériser les records de vitesse de cette époque, et faire de la dame la Yachting Lady la plus rapide de son temps.
Le «Minnehaha» Fin du 19ème siècle sur le lac de Genève.
Le «Minnehaha» Fin du 19ème siècle sur le lac de Genève. notrehistoire.ch
Dentelles, festins, bals et jolis messieurs composaient ainsi la vie d’Hélène, la fille d’Henry et de Mary, qui, était venue vivre à Bellevue depuis son enfance, son père jugeant en effet l’atmosphère lémanique plus appropriée pour élever une famille que la mégalopole new-yorkaise encrassée d’émanations de charbon. Hélène suivait ainsi depuis son plus jeune âge les essais nautiques de la Baronne Julie de Rothschild auxquels assistait parfois une femme «douce et agréable», l'Impératrice Elisabeth d'Autriche. La jeune femme s’initia inévitablement à la navigation, sujet de prédilection de bien des soirées, mais plutôt que de souscrire à la fascination de la vapeur, elle opta pour le vent et les voiles.

Le futur mari devait être un marin

Aussi, ne pouvait-elle épouser qu’un homme habité par la même passion. En 1891, elle trouvait son bonheur et se mariait à Hermann de Pourtalès - devenant dès lors la belle-mère du célèbre écrivain Guy de Pourtalès – avec qui elle allait multiplier les régates sur le Léman ainsi qu’aux environs de Cannes où le couple possédait une villa en plus du château des Crénées à Mie, la demeure familiale des de Pourtalès. Hélène avait alors déjà une grande expérience de la navigation puisqu’elle s’y appliquait tous les étés à Bellevue ainsi que lors des mi-saisons à Newport, assistant bien souvent à l’America’s-Cup, la «Auld Mug», fondée en 1851. Elle décrirait d’ailleurs la régate de 1887 avec force détails dans ses correspondances.
Photographie d'Hermann de Pourtalès, 1899.
Fonds Guy de Pourtalès, CLSR, Université de Lausanne Archiv Guy de Pourtalès
Arriva alors l’année 1900. Depuis 1894, décision avait été prise d’organiser les Jeux olympiques de 1900 à Paris du 14 mai au 28 octobre, officiellement nommés Jeux de la IIe olympiade, dans le cadre de l’Exposition universelle qui se tenait dans la capitale. Et, pour la première fois, les jeux étaient ouverts aux femmes au grand dam de Pierre de Coubertin qui devait écrire plus tard «quant à la participation des femmes aux Jeux, j'y demeure hostile. C'est contre mon gré qu'elles ont été admises à un nombre grandissant d'épreuves». Zola, pour sa part, se montrerait très «partisan de tous les exercices physiques qui peuvent contribuer au développement de la femme, à la condition bien entendu qu'elle n'en abuse pas». Emblématiques de cette ouverture faite aux femmes dans cinq disciplines uniquement, soit le golf, le tennis, la voile, le croquet et l’équitation, les affiches annonçant les épreuves sportives allaient arborer des sportives, telle ce placard signalant la tenue du concours d’escrime pourtant fermé aux femmes.
L'affiche reconnue a posteriori comme l'affiche officielle des Jeux de 1900.
L'affiche reconnue a posteriori comme l'affiche officielle des Jeux de 1900. Wikimedia
Hélène et Hermann de Pourtalès, après bien des victoires sur le Léman, s’inscriraient aux Jeux avec leur voilier, le Lerina, un 20 pieds typique du Léman, Hélène étant dès lors l’une des vingt femmes à concourir pour la première fois aux Jeux olympiques. La course commença le 20 mai à Meulan, sur le plan d'eau du Cercle de la voile de Paris, à laquelle tous les bateaux de moins de 10 tonneaux devaient participer pour pouvoir régater dans leur catégorie respective les jours suivants. Soixante-cinq voiliers prirent le départ pour une navigation de 11 kilomètres. Le vent était léger ce jour-là forçant à mener une navigation technique. Le couple, habitué aux caprices du Léman, n'allait pourtant avoir aucun problème pour se qualifier avec leur bateau portant le numéro 22. Et deux jours plus tard, la classe des 20 pieds prenait le départ pour une navigation de 19 kilomètres sur un circuit particulièrement technique compte tenu du nombre de participants. Et une fois encore, Hélène et Hermann décrochèrent la victoire, Hélène remportant une médaille d’or le 22 mai au titre de skipper.
Le «Lerina», pris lors d'une régate à Cannes au printemps 19oo.
Le «Lerina», pris lors d'une régate à Cannes au printemps 19oo. Wikimedia
Les Jeux de 1900 étant la première édition ouverte aux femmes, Hélène, à trente-deux ans, devait être considérée par le Comité international olympique comme l’une des premières championnes olympiques de l'histoire, avec l’Anglaise Charlotte Reinagle Cooper qui remporta la médaille d’or en tennis, et les Américaines Marion Jones et Hedwig Rosenbaum qui décrochèrent des médailles de bronze dans la même discipline. Hélène de Pourtalès ne tarda pas dès lors à acquérir une gloire éphémère au sein du monde sportif et des cercles aristocratiques genevois, ce d’autant plus que la voile était alors un sport très en vogue dans les cercles les plus huppés. Son beau-fils, Guy de Pourtalès, serait d’ailleurs initié au nautisme par son père autant que par Hélène. La championne olympique demeura toutefois largement ignorée de la plupart de ses contemporains, la presse du début du siècle partageant largement les opinions de Pierre de Coubertin ! Le couple poursuivrait sa vie jusqu’en 1904 au château des Crénées. Hermann mourut cette année-là à son domicile le 9 juillet, laissant derrière lui un héritage substantiel de quelques 6'000’000 dollars. Hélène partagea dès lors son existence entre Mies et son domicile parisien au 45 avenue de l'Alma. Elle s’éteindrait à 77 ans, en 1945, à Genève, dans l’anonymat le plus complet.
Hélène de Pourtalès et son mari Hermann à Cannes, fin XIXème siècle
Hélène de Pourtalès et son mari Hermann à Cannes, fin XIXème siècle. Fonds Guy de Pourtalès, CLSR, Université de Lausanne
Si la belle-sœur d’Hélène, Marguerite Isabelle de Pourtalès-Naville (1852-1930), est connue pour ses travaux d’égyptologie auprès de son mari Edouard Naville, tel n’est pas le cas d’Hélène de Pourtalès. Car si l’activité scientifique était alors progressivement admise pour les femmes, le sport demeurait encore un domaine presque exclusivement masculin. De plus, la carrière sportive internationale d’Hélène se borna aux Jeux Olympiques de 1900, et rares furent les journalistes ou commentateurs à relever qu’elle appartenait à celles qui avaient ouvert la voie des olympiades aux femmes, et plus rares encore ceux qui soulignèrent sa médaille d’or. Sans doute la mentalité protestante, encore largement marquée à cette époque dans le patriciat genevois autant que neuchâtelois, ne contribua-t-elle pas à sa notoriété! De nationalités américaine et suisse, elle passa la plus grande partie de sa vie sur les bords du Léman. Elle ne fut pourtant pas simplement un «Marin d’eau douce» et l’histoire ne retint d’elle qu’une seule «Pêche miraculeuse», sa médaille d’or olympique, mais il n’en demeure pas moins qu’Hélène de Pourtalès fut une pionnière et une championne.

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.