Sainte Barbe, patronne des mineurs, avait elle aussi sa place sur le chantier du tunnel de base du Saint-Gothard. Photo: Keystone / Urs Flueeler

Les saints — sauveurs dans la détresse

Dans certaines situations, on ne peut plus espérer qu’un miracle. Par chance, nombreux sont les saints auxquels on peut s’adresser.

En situation de danger en montagne ? Un appel de son portable et la Rega accourt. Tombé en panne au cours d’un voyage ? Un message WhatsApp à la compagnie d’assurance suffit. Pris dans une tempête ? Un coup de téléphone et le taxi est là. Dans notre société hautement sophistiquée, le téléphone portable est en mesure de nous tirer de presque tous les embarras. Nous nous sommes habitués à nos petits auxiliaires électroniques à tel point que nous pensons parfois être invulnérables.

Au Moyen Âge, des événements tels qu’une tempête ou une maladie avaient une toute autre dimension que de nos jours. À cette époque, on ne disposait ni des moyens de communication modernes, ni d’un service des urgences joignable 24 heures sur 24 en mesure de s’occuper des blessés et des malades. On était alors livré à son destin et on ne pouvait avoir recours qu’à la prière. Le mieux était de s’adresser à un des saints compétents dans le domaine recherché. Très tôt déjà, l’Église avait commencé à canaliser la vénération des saints en précisant les spécialités de chacun. Cette répartition des tâches est encore valable de nos jours. De plus, au cours du temps, les saints ont reçu de nouveaux domaines de compétence.

Sainte Vérène protège les meuniers, les marins et les pêcheurs. Photo: Musée national suisse

Un saint à toutes fins utiles

Il y a des saints patrons pour toutes les situations. Ainsi, saint Christophe est le patron des voyageurs, pèlerins, bâtisseurs de ponts, … et des automobilistes.Aujourd’hui encore, certains conducteurs de confession catholique ont une médaille de saint Christophe dans leur véhicule pour se protéger des accidents. Même la marque de voitures allemande de haut de gamme, Porsche, a fait appel au nom du saint. Son magazine pour la clientèle s’appelle Christophorus. Selon la légende, ce géant aurait aidé un enfant à traverser une rivière tumultueuse au péril de sa vie. Arrivé sur la rive, l’enfant se révéla être le Christ et baptisa le géant du nom de Christophe, ce qui veut dire le porteur du Christ. Le saint ne protège pas seulement les voyageurs, mais préserve aussi de la mort subite. C’est la raison pour laquelle son effigie orne de nombreux bâtiments. Il suffisait de le regarder pour être sûr de ne pas mourir d’un instant à l’autre.

Barbe est également vénérée comme sainte. Selon la légende, elle aurait vécu au troisième siècle dans le nord-ouest de l’actuelle Turquie. Refusant de se marier, elle avait décidé de se consacrer à Jésus Christ. Cela déplut profondément à son père qui n’était pas chrétien. Il l’enferma alors dans une tour et la tortura. La jeune femme resta cependant ferme et fidèle à sa foi jusqu’à ce que son cruel père la décapite de ses propres mains. Sainte Barbe est considérée comme étant la patronne des êtres humains souffrant. Elle est encore aujourd’hui vénérée par de nombreux corps de métiers tels que les mineurs. Les galeries de mines ont souvent un autel qui lui est consacré. Le tunnel de base du Gothard inauguré en 2016 a, lui aussi, son autel dédié à sainte Barbara. Selon la légende, lors de sa fuite devant son père malfaisant, la jeune fille se serait réfugiée dans une crevasse qui s’était ouverte sur son passage. Trahie par un berger, elle ne put cependant lui échapper.

Saint Christophe veille sur les automobilistes. Photo: Musée national suisse

Saint Fridolin est invoqué en cas d’affections des jambes et d’épizooties, saint Martin veille sur les pauvres et les cavaliers, sainte Catherine, quant à elle, protège les personnes avides de connaissances, les universités, les bibliothèques ainsi que les imprimeries et sainte Vérène est la patronne des meuniers, bateliers et pêcheurs. Le nombre de saints est presque infini et leurs histoires sont aussi captivantes que des romans policiers. Qui sait, peut-être y aura-t-il bientôt un saint pour la téléphonie mobile.

Les saints – sauveurs dans la détresse

Forum de l'histoire suisse Schwytz

03.11.18 - 10.03.19

Le Forum de l’histoire suisse à Schwytz présente une grande exposition temporaire consacrée aux saints et à leurs histoires captivantes. Les saints sont plus qu’une légende. Ils procurent encore aujourd’hui de l’espoir aux croyants du monde entier et continuent à jouer un rôle important dans les régions catholiques et dans les Églises orientales.

Andrej Abplanalp on Wordpress
Andrej Abplanalp
Historien et chef de la communication du Musée national suisse.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire