Il y a 100 ans, Bregenz aurait pu devenir un chef-lieu cantonal.
Musée national suisse

Quand le Vorarlberg voulait être suisse

En mai 1919, la population du Vorarlberg fut appelée à voter sur son entrée dans la Confédération suisse. Le «oui» l’emporta à plus de 80 %. Pourtant, ce rattachement n’eut jamais lieu. Rappel des faits.

Il y a 100 ans, le 11 mai 1919, la Suisse aurait pu voir sa superficie s’étendre de près de 2600 km2. Le Vorarlberg vota ce jour-là sur l’ouverture de négociations avec la Suisse en vue d’un éventuel rattachement. Résultat: plus de 80 % de la population souhaita entrer dans la Confédération. Mais les vainqueurs de la Première Guerre mondiale ne l’entendaient pas de cette oreille. Le traité de Saint-Germain stipulait le démembrement de l’Empire austro-hongrois. Le rattachement du Vorarlberg à la Confédération n’était pas à l’ordre du jour et lors des négociations, il suscita de vives controverses. Ainsi, l’Italie exigea, en cas de modification de la frontière suisse à l’est, de se voir attribuer le Tessin en compensation. Le vote du Vorarlberg ne fut pas pris en compte et dorénavant la région appartint à l’Autriche, proclamée État démocratique indépendant à l’issue des négociations.

En Suisse, les réactions à ce vote furent également réservées. Certes, le rattachement avait ses partisans, comme le conseiller fédéral Felix Calonder qui prônait une politique étrangère suisse active et ambitieuse. Ou comme le conseiller d’État saint-gallois Ulrich Vetsch, co-fondateur du comité d’action Pro Vorarlberg. Les motivations de cet homme politique pour défendre l’intégration de la région frontalière étaient surtout liées à la politique des transports, puisqu’il rêvait de voir la Suisse orientale devenir une zone de transit importante. Calonder et Vetsch se heurtèrent toutefois à une résistance acharnée, non seulement au sein du Conseil fédéral, où Edmund Schulthess en particulier s’y opposa avec véhémence, mais aussi en Suisse romande, où l’on craignait d’intégrer un canton germanophone supplémentaire. L’opposition fut également vive dans les régions protestantes qui avaient peur de mettre en danger le fragile équilibre confessionnel en Suisse.

Affiche Pro Vorarlberg du peintre suisse Jules Courvoisier.
Wikimedia

L’ancien conseiller fédéral Felix Calonder lors d’un discours. La photographie date de 1934.
Musée national suisse

FUSION AVEC LA BAVIÈRE?

Bien que les quatre cinquièmes du Vorarlberg aient voulu devenir suisses, la région comptait aussi quelques sceptiques. Les réticences venaient principalement des milieux économiques. De nombreux entrepreneurs se tournaient vers le marché allemand dont ils espéraient entre autres des débouchés importants pour leurs produits. Il existait même un projet de fusion du Bade, de la Bavière et du Wurtemberg pour former un nouveau land de Souabe. Le gouvernement régional du Vorarlberg, favorable à l’Allemagne, ne tenait pas non plus à ce que la région soit intégrée à la Suisse. Au vu du résultat net du vote, il fut cependant contraint d’ouvrir à contrecœur des négociations avec son voisin occidental. Et comme les Suisses n’en voulaient pas vraiment non plus, la volonté populaire du Vorarlberg fut enterrée. Ainsi, à l’issue des pourparlers de paix à Saint-Germain en septembre 1919, la région resta autrichienne.

Felix Calonder se retira. Les luttes politiques concernant un éventuel rattachement du Vorarlberg à la Suisse coûtèrent sa carrière politique au conseiller fédéral grison. Lors d’un discours au Conseil des États, il avait adopté une position particulièrement radicale, au point de fâcher les Allemands, entre autres. Il leur reprochait leur impérialisme et avait enjoint la chambre haute de ne pas leur laisser le Vorarlberg. Le Conseil fédéral se distancia de cette position, accélérant ainsi l’isolement politique de Calonder. Le Grison démissionna en 1920.

Andrej Abplanalp on Wordpress
Andrej Abplanalp
Historien et chef de la communication du Musée national suisse.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire