Le conseiller fédéral Rudolf Minger avant son discours à la Reitschule de Berne, en novembre 1940.
Musée national suisse / ASL

Une intervention historique

Il y eut un temps, avant les téléphones portables, où les photographes de presse étaient les yeux d’une nation toute entière. Nombre de leurs photographies sont aujourd’hui tombées dans l’oubli. C’est notamment le cas de celle immortalisant l’intervention de Rudolf Minger à la Reithalle de Berne en novembre 1940.

Sur scène, place au conseiller fédéral Rudolf Minger: le samedi 30 novembre 1940, Rudolf Minger, premier conseiller fédéral du parti des paysans, artisans et bourgeois (aujourd’hui l’UDC) tient un discours dans la grande salle de la Reitschule à Berne. En retrait par rapport à lui, nous le voyons de côté; nous l’observons cachés derrière un pilier.

Au milieu de son discours, le photographe capture un moment qui semble calme. Un moment de préparation, de positionnement, ou peut-être d’interruption, dans l’attente d’une réaction. Pas de gestes brusques, pas de visage déformé par la rhétorique, et malgré cela, l’image transmet une certaine tension, un moment figé de concentration.

Le conseiller fédéral Rudolf Minger tient un discours à la Reitschule de Berne le 30 novembre 1940.
Musée national suisse / ASL

Grâce à l’œil du photographe de presse, nous voyons en outre ce que le public ne voit qu’en partie: l’environnement immédiat de l’orateur. Le chef du Département militaire se tient entre deux piliers, derrière la balustrade en bois ornée de branches de sapin ouvrant la galerie sur la salle. Les deux microphones, éloignés de l’orateur, nous permettraient presque d’entendre retentir le son si caractéristique des enregistrements historiques. Deux boîtes sont empilées pour créer un pupitre d’orateur de fortune. Grâce à ce document historique, l’entreprise biennoise des frères Schnyder est immortalisée. À cette époque, les producteurs de savon et de produits nettoyants existent déjà «depuis plus de 100 ans». Cette entreprise familiale restera en activité jusque dans les années 1980.

À gauche du Conseiller fédéral se trouve une chaise vide. Ce n’est pas le seul espace vide qui attire le regard de l’observateur. Le public est plongé dans l’obscurité, on ne peut discerner les visages que par les points clairs qu’ils forment. On ne peut donc qu’imaginer la réaction du public lorsque Rudolf Minger plaide pour l’introduction d’une instruction prémilitaire pour les 16-19 ans aptes au service. Le lendemain, le dimanche de la votation, le verdict est toutefois clair: 55,7% des votants rejettent le projet de loi, en plein cœur de la Seconde Guerre mondiale, à la grande déception de Rudolf Minger.

L’agence photographique de presse ASL

Actualités Suisses Lausanne (ASL) a été fondée en 1954 par Roland Schlaefli et était considérée jusqu’à sa fermeture en 1999 comme l’agence photographique de presse la plus importante de Suisse romande. En 1973, Roland Schlaefli racheta en outre les archives de l’agence Presse Diffusion Lausanne (PDL) fondée en 1937. Les fonds des deux agences représentent environ six millions de photographies (négatifs, épreuves, diapositives). Dans le large spectre des thèmes traités, trois principaux ressortent: la politique nationale, le sport et la Suisse romande. L’agence ne survécut pas au passage à l’ère du numérique. Depuis 2007, les archives d’ASL et de PDL sont en la possession du Musée national suisse. Le blog présente, de façon aléatoire des photographies et séries de photographies qui ont particulièrement attiré notre attention lors de leur remise en état.

Le discours du conseiller fédéral Rudolf Minger à la Reithalle de Berne, du point de vue du public.
Musée national suisse / ASL

Aaron Estermann
Aaron Estermann étudié l’histoire et la communication visuelle et est responsable des archives des photographies de presse du Musée national suisse.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire