Les femmes n’avaient pas la vie facile au XIXe siècle. Ce tableau d’Elizabeth Thompson a beaucoup fait parler de lui en 1881. Malgré cela, on lui a refusé le titre de membre associée de la Royal Academy of Arts.
Wikimédia

Masculin générique

Elles étaient intelligentes, créatives et douées. Pour autant, au XIXe siècle, les femmes ne pouvaient mettre à profit leurs talents. Ce fut le cas d’Emilie Kempin-Spyri.

Enfin! Emilie Kempin-Spyri se présentait enfin devant la cour! Malheureusement, en tant que plaignante et non en tant qu’avocate. Car tel était le sujet traité ce jour-là au Tribunal fédéral nouvellement construit à Lausanne: cette Zurichoise voulait être avocate mais n’y était pas autorisée. Il lui manquait les «pleins droits civiques», lui avaient expliqué les autorités. Ou, pour le formuler autrement, Emilie Kempin-Spyri, la nièce de Johanna Spyri, ne pouvait pas voter car elle n’était pas un homme.

Elle s’opposa de manière effrontée, habile et acharnée à cette décision. La Constitution reconnaissait ce droit à «tous les Suisses», affirmait-elle – il s’agissait là d’un masculin générique. Les femmes y étaient implicitement incluses. Le tribunal déclara que son interprétation était «aussi nouvelle qu’audacieuse» et rejeta sa plainte.

L’année suivante, Emilie Kempin-Spyri, première Suissesse docteure en droit, émigra à New York, où elle fonda une école privée de droit pour femmes. À son retour en Suisse en 1891, elle obtint un poste de privat-docent à l’Université de Zurich. Elle milita ensuite pour l’accès des femmes à la profession d’avocate. En 1897, elle fut admise dans une clinique psychiatrique. Un an plus tard, alors que le canton de Zurich autorisait l’accès des femmes au barreau zurichois, Emilie Kempin-Spyri était mise sous tutelle. On est en droit de se demander si elle souffrait véritablement d’une maladie psychiatrique. Réduite à la pauvreté, elle mourut en 1901 à Bâle d’un cancer de l’utérus. Elle avait 48 ans.

Emilie Kempin-Spyri ne brisa pas un plafond de verre; elle força une cage rouillée. Elle faisait partie de celles qui n’étaient pas à la place qu’elles auraient dû occuper, car les femmes ne pouvaient pas devenir des Euler, des Escher ou des Einstein, même quand elles étaient aussi douées qu’Elizabeth Thompson.

Portrait d’Emilie Kempin-Spyri, vers 1885.
Wikimedia / Archives de l’Université de Zurich

Elizabeth Thompson? Une femme qui illustre tout aussi bien ce sujet. Cette Britannique est née sept ans avant Emilie Kempin-Spyri, à Lausanne. Peintre, elle réalisa en 1874 le tableau «The Roll Call» qui fit sensation dans le milieu artistique londonien. Alors que cette peinture était envoyée de ville en ville, les gens la suivaient à travers le pays avec des panneaux portant l’inscription «The Roll Call is coming». Les tableaux d’Elizabeth Thompson étaient spectaculaires, tant sur le plan de l’expression que sur celui de la composition et de la dynamique. Parmi ses chefs-d’œuvre figurent «Remnants of an Army» et «Missed», sans oublier «Scotland Forever!». Il manqua deux voix à Elizabeth Thompson pour devenir la première femme membre associée de la Royal Academy, car les hommes n’étaient pas encore prêts à une telle avancée. Quoi qu’il en soit, elle accepta cet échec mieux qu’Emilie Kempin-Spyri. Elle épousa William Butler, un officier, écrivain et aventurier, s’installa en Irlande et continua de réaliser de magnifiques tableaux. Dans l’autobiographie de son mari, on ne trouve pas une seule phrase la mentionnant. Mais qui sait, peut-être y est-elle également «implicitement incluse»?

Autoportrait d’Elizabeth Butler-Thompson.
Wikimédia

UNE FRESQUE HISTORIQUE EN 100 ÉPISODES

240'000'000 av. J.-C.

Des dinosaures au Monte San Giorgio

CONTINUER

12'000 av. J.-C.

Rhinocéros laineux et mégacéros

CONTINUER

4000 av. J.-C.

Le mythe des Lacustres

CONTINUER

1500 av. J.-C.

Transpercer, frapper, couper

CONTINUER
Bridon Mors de l’âge du bronze.

500 av. J.-C.

Les braves

CONTINUER

150 av. J.-C.

Le commerce à la mode celte

CONTINUER
Bataille opposant les Romains et les Helvètes.

58 av. J.-C.

Quand César refoula les Helvètes

CONTINUER
Sol romain en mosaïque.

20 ap. J.-C.

Dolce vita à Zurich

CONTINUER

50 ap. J.-C.

Des armes et des jeux à Vindonissa

CONTINUER

70 ap. J.-C.

L’ascension d’un petit village de province

CONTINUER

246 ap. J.-C.

Meurtre dans les thermes romains

CONTINUER

275 ap. J.-C.

La sandale romaine

CONTINUER

295 ap. J.-C.

Aux frontières de l’Empire romain

CONTINUER

303 ap. J.-C.

Saint Maurice

CONTINUER

401 ap. J.-C.

Sainte Vérène

CONTINUER

522 ap. J.-C.

Les «rois intrigants»

CONTINUER

591 ap. J.-C.

Maudit Tuggen

CONTINUER

753 ap. J.-C.

Noël à Romainmôtier

CONTINUER

774 ap. J.-C.

Un roi dans la tempête

CONTINUER

819 ap. J.-C.

Le plan de Haito

CONTINUER

917 ap. J.-C.

Les chevaliers de l’Apocalypse à Bâle

CONTINUER

962 ap. J.-C.

Deux femmes fortes

CONTINUER

999 ap. J.-C.

Le crépuscule des Burgondes

CONTINUER

1030 ap. J.-C.

Radbot et le château de l’autour

CONTINUER

1157 ap. J.-C.

Un duc sans duché

CONTINUER

1211

Courage valaisan et ruse bernoise

CONTINUER

1240

La cité disparue

CONTINUER

1315

L’embuscade de Morgarten

CONTINUER

1319

La forteresse du lac

CONTINUER

1308

Agnès de Hongrie

CONTINUER

1347

La peste

CONTINUER

1356

Le grand tremblement de terre de Bâle

CONTINUER

1415

L’Argovie, berceau politique de la Suisse

CONTINUER

1473

Lutte au bord du lac de Constance

CONTINUER

1506

Les mercenaires

CONTINUER

1516

Érasme de Rotterdam

CONTINUER

1524

Les noces du curé

CONTINUER

1527

Un personnage controversé

CONTINUER

1536

L’autre conquête de l’ouest

CONTINUER

1540

La sécheresse

CONTINUER

1618

Ni vainqueur ni vaincu

CONTINUER

1687

Les huguenots

CONTINUER

1697

Étrange tubercule

CONTINUER

1731

La dernière sorcière de Fribourg

CONTINUER

1748

e comme Euler

CONTINUER

1765

L’île de Rousseau

CONTINUER

1798

La résistance des Nidwaldiens

CONTINUER

1800

Frédéric-César de La Harpe

CONTINUER

1804

Le mythe de Guillaume Tell

CONTINUER

1806

Goldau sous la roche

CONTINUER

1814

Barry le saint-bernard

CONTINUER

1815

Nouveau départ à Vienne

CONTINUER

1816

L’été de Frankenstein

CONTINUER

1832

La révolte contre les machines à Uster

CONTINUER

1839

Le déboisement dans la vallée de Peccia

CONTINUER

1847

Le Sonderbund

CONTINUER

1850

Le franc suisse

CONTINUER

1851

L’Amérique

CONTINUER

1853

Des trains pour Zurich

CONTINUER

1864

Tutti Fratelli

CONTINUER

1865

Chute mortelle au Cervin

CONTINUER

1871

Bourbaki

CONTINUER

1872

Des anarchistes dans le Jura

CONTINUER

1879

Le doux côté de la Suisse

CONTINUER

1880

Le percement du Gothard

CONTINUER

1881

Heidi

CONTINUER

1885

Un jardin d’hiver pour artistes

CONTINUER

1893

L’interdiction de l’abattage rituel

CONTINUER

1898

Masculin générique

CONTINUER

1905

La miraculeuse année d’Einstein

CONTINUER

1915

Les rouges discours de Zimmerwald

CONTINUER

1916

Dada

CONTINUER

1918

Un mois de novembre fébrile

CONTINUER

1925

Le magasin roulant

CONTINUER

1934

Un remonte-pentes à Davos

CONTINUER

1935

On ne parle pas d’argent

CONTINUER

1938

Romanche

CONTINUER

1939

Des pistes de ski à l’Orient

CONTINUER

1941

Maurice Bavaud

CONTINUER

1943

Bâle, une ville aux drôles de couleurs

CONTINUER

1956

Betty Bossi

CONTINUER

1957

Mister Univers

CONTINUER

1958

Une femme seule contre tous

CONTINUER

1961

Le vélomoteur

CONTINUER

1962

Ursula Andress et le bikini

CONTINUER

1967

La votation Picasso

CONTINUER

1972

Smoke on the Water

CONTINUER

1981

L’heure d’été

CONTINUER

1983

Swatch

CONTINUER

1990

La Toile

CONTINUER

1991

Enfin!

CONTINUER
Benedikt Meyer
Benedikt Meyer est historien et chroniqueur.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire