Bientôt, les camions Migros desservaient les quatre coins de la Suisse.
Musée national suisse

Le magasin roulant

En 1925, Gottlieb Duttweiler changea les habitudes de consommation des Suisses. Celui que l’on surnommait «Dutti» était un véritable «touche-à-tout».

Le 25 août 1925, un mercredi ordinaire, quelque chose de tout à fait nouveau se passa dans les villages autour de Zurich. Des camions motorisés – une variante de la célèbre Ford T – arrivèrent bringuebalants et vrombissants et s’arrêtèrent sur les places des villages ou les bords des routes. Les conducteurs sortirent du véhicule, relevèrent un panneau latéral et proposèrent café, riz, sucre, pâtes, graisse de coco et savons au cœur des villages. C’est Gottlieb Duttweiler, l’entrepreneur derrière la Migros, qui avait envoyé ces camions.

Jusque-là, les gens avaient toujours acheté ces biens de première nécessité sur les marchés, dans des petites épiceries ou dans des «coopératives générales». La célèbre coopérative, plus tard connue sous le nom de «Coop», reposait sur le constat qu’il était plus abordable d’acquérir des biens si les consommateurs s’associaient pour les acheter. L’idée centrale de Migros en revanche était de contourner les intermédiaires et de s’adresser le plus directement possible aux femmes au foyer, ce que la société fit grâce à ses camions-magasins, à des prix compétitifs, à l’élargissement progressif de son assortiment et bientôt à l’ouverture ses propres magasins.

Le secteur réagit avec véhémence. Les clients furent insultés, on les empêcha d’aller faire leurs courses, et de nombreuses branches refusèrent de fournir Migros. Duttweiler ouvrit par conséquent de plus en plus de sites de production lui appartenant. Et ce n’est pas tout: ce négociant en denrées alimentaires donna bientôt naissance à un groupe comprenant entre autres une agence de voyage (1935), deux journaux (1935; 1942), des Ecoles-club, des parcs (1946), des librairies (1950), des stations-service (1957), une banque (1957) et des assurances (1958).

En 1954, Dutti fait la couverture du Spiegel.
Musée national suisse

Mais le plus passionnant dans tout cela, c’était Duttweiler lui-même. Depuis 1935, il était politisé au Parlement et choquait avec son parti aussi bien la gauche que la droite. Il promut le suffrage féminin et lorsqu’en 1948, l’une de ses interventions ne fut pas traitée à plusieurs reprises, il lança des pierres dans deux fenêtres du Conseil fédéral. Mais tout ce que «Dutti» entreprenait ne fonctionnait pas pour autant. Son expansion à l’étranger se solda par un échec (à l’exception de Migros Türk) et la grève de la faim qu’il amorça en 1955 dans le hall d’entrée de la CICR pour protester contre le traitement des Suisses de l’étranger ruinés après la guerre prit fin au bout de trois jours.

Sa réussite la plus insolite est sans doute le film «Marie-Louise», promu par lui et Migros. Gottlieb Duttweiler fut si enchanté par cette œuvre qu’il offrit des tickets aux clientes du magasin. Cela permit au film, au début en difficulté, de rencontrer un franc succès. «Marie-Louise», qui raconte l’histoire d’une jeune réfugiée française, fut même en 1946 le premier film non-anglophone à remporter un Oscar.

Duttweiler cherchait – et finit par atteindre – l’équilibre entre profit économique et responsabilité sociale. Ce grand amateur de cigares ne vendit jamais d’alcool ni de cigarettes, transforma en 1941 sa société anonyme en coopérative et s’engagea à ce qu’elle consacre un pour cent de son chiffre d’affaires à la culture, à la formation et au social. Il était d’avis que l’argent n’a de sens que si l’on peut le dépenser. Et se plaisait à dire que «les gens les plus ennuyeux sur terre sont les plus grands pêcheurs.»

Bande-annonce du film «Marie-Louise», sorti en 1943.
YouTube

UNE FRESQUE HISTORIQUE EN 100 ÉPISODES

240'000'000 av. J.-C.

Des dinosaures au Monte San Giorgio

CONTINUER

12'000 av. J.-C.

Rhinocéros laineux et mégacéros

CONTINUER

4000 av. J.-C.

Le mythe des Lacustres

CONTINUER

1500 av. J.-C.

Transpercer, frapper, couper

CONTINUER
Bridon Mors de l’âge du bronze.

500 av. J.-C.

Les braves

CONTINUER

150 av. J.-C.

Le commerce à la mode celte

CONTINUER
Bataille opposant les Romains et les Helvètes.

58 av. J.-C.

Quand César refoula les Helvètes

CONTINUER
Sol romain en mosaïque.

20 ap. J.-C.

Dolce vita à Zurich

CONTINUER

50 ap. J.-C.

Des armes et des jeux à Vindonissa

CONTINUER

70 ap. J.-C.

L’ascension d’un petit village de province

CONTINUER

246 ap. J.-C.

Meurtre dans les thermes romains

CONTINUER

275 ap. J.-C.

La sandale romaine

CONTINUER

295 ap. J.-C.

Aux frontières de l’Empire romain

CONTINUER

303 ap. J.-C.

Saint Maurice

CONTINUER

401 ap. J.-C.

Sainte Vérène

CONTINUER

522 ap. J.-C.

Les «rois intrigants»

CONTINUER

591 ap. J.-C.

Maudit Tuggen

CONTINUER

753 ap. J.-C.

Noël à Romainmôtier

CONTINUER

774 ap. J.-C.

Un roi dans la tempête

CONTINUER

819 ap. J.-C.

Le plan de Haito

CONTINUER

917 ap. J.-C.

Les chevaliers de l’Apocalypse à Bâle

CONTINUER

962 ap. J.-C.

Deux femmes fortes

CONTINUER

999 ap. J.-C.

Le crépuscule des Burgondes

CONTINUER

1030 ap. J.-C.

Radbot et le château de l’autour

CONTINUER

1157 ap. J.-C.

Un duc sans duché

CONTINUER

1211

Courage valaisan et ruse bernoise

CONTINUER

1240

La cité disparue

CONTINUER

1315

L’embuscade de Morgarten

CONTINUER

1319

La forteresse du lac

CONTINUER

1308

Agnès de Hongrie

CONTINUER

1347

La peste

CONTINUER

1356

Le grand tremblement de terre de Bâle

CONTINUER

1415

L’Argovie, berceau politique de la Suisse

CONTINUER

1473

Lutte au bord du lac de Constance

CONTINUER

1506

Les mercenaires

CONTINUER

1516

Érasme de Rotterdam

CONTINUER

1524

Les noces du curé

CONTINUER

1527

Un personnage controversé

CONTINUER

1536

L’autre conquête de l’ouest

CONTINUER

1540

La sécheresse

CONTINUER

1618

Ni vainqueur ni vaincu

CONTINUER

1687

Les huguenots

CONTINUER

1697

Étrange tubercule

CONTINUER

1731

La dernière sorcière de Fribourg

CONTINUER

1748

e comme Euler

CONTINUER

1765

L’île de Rousseau

CONTINUER

1798

La résistance des Nidwaldiens

CONTINUER

1800

Frédéric-César de La Harpe

CONTINUER

1804

Le mythe de Guillaume Tell

CONTINUER

1806

Goldau sous la roche

CONTINUER

1814

Barry le saint-bernard

CONTINUER

1815

Nouveau départ à Vienne

CONTINUER

1816

L’été de Frankenstein

CONTINUER

1832

La révolte contre les machines à Uster

CONTINUER

1839

Le déboisement dans la vallée de Peccia

CONTINUER

1847

Le Sonderbund

CONTINUER

1850

Le franc suisse

CONTINUER

1851

L’Amérique

CONTINUER

1853

Des trains pour Zurich

CONTINUER

1864

Tutti Fratelli

CONTINUER

1865

Chute mortelle au Cervin

CONTINUER

1871

Bourbaki

CONTINUER

1872

Des anarchistes dans le Jura

CONTINUER

1879

Le doux côté de la Suisse

CONTINUER

1880

Le percement du Gothard

CONTINUER

1881

Heidi

CONTINUER

1885

Un jardin d’hiver pour artistes

CONTINUER

1893

L’interdiction de l’abattage rituel

CONTINUER

1898

Masculin générique

CONTINUER

1905

La miraculeuse année d’Einstein

CONTINUER

1915

Les rouges discours de Zimmerwald

CONTINUER

1916

Dada

CONTINUER

1918

Un mois de novembre fébrile

CONTINUER

1925

Le magasin roulant

CONTINUER

1934

Un remonte-pentes à Davos

CONTINUER

1935

On ne parle pas d’argent

CONTINUER

1938

Romanche

CONTINUER

1939

Des pistes de ski à l’Orient

CONTINUER

1941

Maurice Bavaud

CONTINUER

1943

Bâle, une ville aux drôles de couleurs

CONTINUER

1956

Betty Bossi

CONTINUER

1957

Mister Univers

CONTINUER

1958

Une femme seule contre tous

CONTINUER

1961

Le vélomoteur

CONTINUER

1962

Ursula Andress et le bikini

CONTINUER
Benedikt Meyer
Benedikt Meyer est historien et chroniqueur.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire