Les textes étaient parfois stylisés dans le monastère.
Wikimedia

Fake news au couvent

Donald Trump aura plus associé son nom aux fake news, ces contrevérités de l’ère numérique, qu’aucun autre avant lui. Rumeurs, exagérations ou déformations ne sont pourtant pas des nouveautés.

Andrej Abplanalp

Andrej Abplanalp

Historien et chef de la communication du Musée national suisse.

Les « livres des sœurs » ont fait partie de la vie quotidienne des religieuses dès le XIVe siècle, surtout dans les couvents dominicains. Rédigés le plus souvent par quelques rares moniales, ils servaient de guides à la communauté, et notamment aux novices. Mais ces textes étaient souvent dénaturés au prétexte qu’ils devaient indiquer l’exemple à suivre. La censure non plus n’est pas nouvelle. Les écrits d’Elsbeth von Oye furent ainsi édulcorés en maints endroits, car elle y décrit la volonté de souffrance des religieuses du couvent d’Oetenbach, dans le canton Zürich, qui se flagellaient dès leur plus jeune âge pour connaître des supplices semblables à ceux du Christ. Son texte, qui prend la forme d’un journal intime, était parfois très dérangeant et souleva des doutes dans la hiérarchie de l’ordre. À tel point que certains passages furent supprimés.

Les rapports rédigés à l’issue des visites canoniques dans les couvents ne regorgent pas moins de contrevérités. L’objectif était en effet de prouver le besoin criant de réformes, car, au bas Moyen Âge, l’Église prônait un retour aux valeurs originelles : une vie de retraite ou l’adhésion à l’idéal de la pauvreté par exemple. Il faut dire que jusque là, la vie dans les couvents pouvait être relativement libre. La réalité était donc amplifiée, lorsqu’elle n’était pas tout bonnement inventée, pour encourager le changement. Le fait que ces rapports fussent exclusivement rédigés par des hommes n’aidait en rien. Les chercheurs d’aujourd’hui considèrent qu’un grand nombre des reproches adressés aux communautés religieuses féminines ont plus à voir avec l’image que ces hommes se faisaient de leur vie qu’avec la réalité.

Elsbeth von Oye s'est infligé de la douleur pour comprendre l'agonie de Jésus.
© Wroclaw University Library

Les moniales. Des femmes fortes au Moyen Âge

Musée national Zurich

20.3. - 16.8.2020

Les religieuses du Moyen Âge étaient bien plus que des femmes vivant dans l’ascétisme, pour qui seul existait le monde protégé par l’enceinte du couvent. Le cloître offrait aux femmes des possibilités qu’elles n’avaient guère ailleurs: une instruction poussée, la sécurité existentielle, l’opportunité de se soustraire aux normes familiales. À partir de différentes personnalités, l’exposition montre à quel point les religieuses menaient des vies variées.

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.