Le serment du Grütli sur un billet de banque américain

La Banque nationale suisse a présenté en mai le billet de 20 francs de sa nouvelle série; celui de 10 francs suivra en octobre. Si vous pensiez pouvoir y admirer Guillaume Tell ou le serment du Grütli, vous avez tout faux: c’est la lumière qui constitue l’élément majeur de ces coupures. Toutefois, le pacte fondateur de la Confédération a bel et bien orné du papier-monnaie – mais aux Etats-Unis.

Il y a quelques siècles circulait dans l’Etat américain de Pennsylvanie un billet de banque représentant le serment du Grütli, sur lequel figuraient des inscriptions en allemand et dénommé « thaler ». Comment s’explique ce fait pour le moins surprenant?

La Pennsylvanie était la destination de prédilection des premiers émigrants venus de Suisse et d’Allemagne. A la fin du XVIIIe siècle, près d’un tiers des habitants de cet Etat étaient des Allemands de souche. Dans la région de Northampton, l’allemand était même la principale langue parlée. Ainsi, la Northampton Bank y a fait imprimer dans les années 1830 des billets dont le texte pouvait être aussi bien en allemand qu’en anglais. Même la forme des coupures variait fortement selon la langue. Les devises allemandes représentaient des célébrités non pas américaines, mais suisses ou allemandes: Goethe, Haydn ou, comme on le voit ici, le théologien et écrivain zurichois Johann Caspar Lavater et le théologien et poète allemand Christian Fürchtegott Gellert. Le nom inscrit sur les deux billets est également différent – thaler pour l’un, dollar pour l’autre. Toutefois, cette distinction est trompeuse : le terme « dollar », qui s’est répandu dans tous les Etats-Unis via l’Amérique méridionale et centrale, vient en réalité du « Daler » bas-allemand, l’ancien « Taler » allemand.

Billet de 5 talers de la Northampton Bank, comté de Lehigh, Pennsylvanie, 1836. Photo: Musée national suisse

Le billet de 5 thalers de la Northampton Bank, qui présente des accents « helvétiques » car il est à l’effigie du serment du Grütli et de Johann Caspar Lavater, remonte à 1836. Cet établissement, première grande banque américaine, a fait faillite en 1843 – un événement tout aussi inédit. Les banquiers avaient investi l’argent des clients dans des canaux et des forêts. Or ces placements perdirent toute valeur suite à une crue massive et l’entreprise dut fermer ses portes. Les créanciers ne revirent jamais leur argent, ni sous forme de thalers ni de dollars.

Les nouveaux billets de 20 francs. Photo: Banque nationale suisse

Musée national suisse on EmailMusée national suisse on FacebookMusée national suisse on InstagramMusée national suisse on TwitterMusée national suisse on WordpressMusée national suisse on Youtube
Musée national suisse
Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées : Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis. Les musées consacrent leurs expositions à l’histoire de la Suisse, depuis les époques les plus reculées jusqu’à aujourd’hui ; ils fournissent ainsi leur contribution à l’étude des identités suisses et des contrastes et de la variété qui marquent notre histoire et notre culture. Des expositions temporaires sur des sujets plus en prise sur l’actualité complètent leur offre.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Share on Whatsapp
Whatsapp

Votre commentaire