Un polar économique

Au XVIIe siècle, les tissus imprimés en coton ont propulsé la Suisse parmi les principaux pays producteurs de textiles.

Helen Bieri Thomson

Helen Bieri Thomson

Helen Bieri Thomson est historienne de l’art et directrice du Château de Prangins.

Pour quelle raison, aux XVIIe et XVIIIe siècles, les toiles de coton imprimé dites « indiennes » en raison de leur origine ont-elles déchaîné les passions et suscité un engouement sans précédent dans la plupart des pays européens ? Et quel rapport entre les indiennes et la Suisse ? Cette exposition montre comment ces toiles imprimées se sont retrouvées au coeur de l’actualité du siècle des Lumières et raconte l’histoire du premier produit mondialisé, consommé sur l’ensemble descontinents. Pour la première fois, le rôle clé joué par de nombreux Suisse s dan cette industrie extrêmement lucrative est décrit en détail. Il y est encore question de commerce triangulaire et de traite, de contrebande et de prohibition, mais aussi de couleurs, de motifs et de secrets de fabrication. La majorité des toiles présentées dans l’exposition proviennent de la collection de renommée internationale de Xavier Petitcol, expert en étoffes anciennes et collectionneur de tissus imprimés. Elles ont été acquises par le Musée national suisse en 2016.

Image 01 de 04
Image 01 de 04
Image 01 de 04
Image 01 de 04

Les toiles de coton imprimé dites « indiennes » connaissaient un grand succès au XVIIe siècle. Photos: Musée national suisse

Prohibition en France

Les toiles de coton imprimé en provenance de l’Inde arrivent en Europe dans les cales des navires portugais à la fin du XVIe siècle. Leur succès se base tant sur la fibre – le coton – jusqu’alors peu connu en Europe que sur la vivacité des couleurs et l’exotisme des motifs. L’arrivée sur le marché européen des indiennes provoque le mécontentement des entrepreneurs actifs dans les secteurs textiles traditionnels – soie, laine et lin – qui y voient une concurrence déloyale. Il en résulte, en France, une prohibition qui durera 73 ans, de 1686 à 1759. Du coup, les centres de fabrication, qui se sont créés pour imiter les toiles peintes des Indes, se déplacent à l’étranger, en particulier en Suisse où l’industrie cotonnière devient de première importance. Des manufactures importantes s’ouvrent à Genève, à Neuchâtel, à Bienne, à Bâle et à Zurich.

Le siège romand du Musée national suisse a choisi ce thème qui concerne un chapitre très important de l’histoire suisse et romande, mais relativement peu connu du grand public, pour célébrer le 20e anniversaire de son inauguration.

Animation pour l'exposition au Château de Prangins. Video: Musée national suisse

Indiennes. Un tissu révolu­tionne le monde !

Château de Prangins

22.4. – 14.10.2018

Grâce à une collection exceptionnelle, il propose une incroyable plongée dans l’histoire du premier produit mondialisé, consommé sur l’ensemble  descontinents L’accent sera mis sur la contribution des Suisses à cette industrie parmi les plus florissantes qu’ait connue le siècle des Lumières.

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.