Que va nous apporter 2020? Certainement son lot de nouvelles lois.
Musée national suisse / Marco Heer

2020

Une fois par siècle, les deux premiers et les deux derniers chiffres de l’année sont les mêmes. Visuellement, c’est joli, mais comme nous allons le voir, cela ne rend pas l’année forcément plus douce.

Andrej Abplanalp

Historien et chef de la communication du Musée national suisse.

Environ 380 ans avant Christophe Colomb, le navigateur et marchand islandais Thorfinn Karlsefni s’aventure de l’autre côté de l’Atlantique en 1010 et fonde pendant trois ans la colonie Hóp dans le Vinland sur le golfe du Saint-Laurent. Le fils de Thorfinn, Snorri Þorfinnsson, naît dans la colonie, ce qui fait de lui le premier enfant d’origine européenne à voir le jour en Amérique.

En 1111, le baron Rudolf reprend le domaine de Belp à son père Ulrich. La famille fait partie de l’entourage des ducs de Zähringen, mais est bientôt confrontée à la concurrence de Berne qui devient de plus en plus puissante. Dans la bataille du Dornbühl (Oberwangen) en 1298, Belp combat aux côtés de la ville de Fribourg en Nuithonie et ressort perdant. La seigneurie de Belp tombe alors sous le contrôle de Berne.

Le lac de Bienne (Bielersee en allemand) ne s’est pas toujours appelé ainsi. Plusieurs désignations existent dans les archives. Lacus de Nuerol, lac de Nugerol (1221) ou Bielsee (1287). Le nom lacus Erliacensis, lac de Cerlier, datant de 1212 est également intéressant. Aucune de ces désignations n’a survécu au temps. Jusqu’au XIXe siècle, il s’appelle lac de Nidau. Avec le développement de la ville de Bienne, le nom du lac finit par changer définitivement.

Le lac de Bienne (Bielersee en allemand) ne s’est pas toujours appelé ainsi.
Musée national suisse / Marco Heer

En 1313, Jakob von Rinach devient prévôt du chapitre collégial de Beromünster. Il devient ainsi le chef d’une institution riche et influente dans le domaine de l’éducation. Ce prévôt est considéré comme l’un des esprits les plus brillants de son temps. Pendant le mandat de Rinach, le chapitre s’est magnifiquement développé, comme en témoignent les nombreux écrits qui sont encore conservés.

Les habitants d’Urnäsch l’ont su très tôt: il faut semer avant la récolte. C’est ce qu’ils font en 1414 en érigeant l’église Saint-Antoine. Cela leur permet d’obtenir leur indépendance paroissiale et politique en 1417. Mais quelques arguments concrets pendant les guerres d’Appenzell (1401-1429) y ont également contribué.

1515 marque la fin de la guerre des Oignons, qui a démarré deux ans auparavant. La population rurale en colère s’est rendue dans les villes de Lucerne, Berne, Soleure et Zurich, parce qu’elle n’était plus satisfaite de la politique du mercenariat de quelques profiteurs. Les négociations mettent fin au soulèvement. Mais en 1515, la révolte recommence. En janvier, 50 insurgés sont capturés et leur chef Hans Heid est exécuté. Et pourquoi la guerre des Oignons? Lors du siège de Lucerne en 1513, les jardins de la ville ont été dévastés.

Au cours de la guerre des Oignons, la population rurale s’est soulevée contre les villes. Le conflit s’est achevé en 1515.
Musée national suisse / Marco Heer

Trop de chiffres? Pas de panique, il ne reste que cinq siècles.

En 1616, Lucerne interdit les drames liturgiques de Pâques. Les jésuites ont critiqué ce jeu médiéval populaire afin de l’utiliser par la suite à leurs propres fins, exclusivement religieuses. Dans les régions réformées, les représentations théâtrales étaient généralement considérées comme immorales. Elles sont ainsi complètement interdites à Genève en 1617 et à Zurich en 1623. La situation ne s’assouplit qu’un siècle plus tard.

Wilchingen est un petit village de la région du Klettgau (Schaffhouse), qui s’est enrichi grâce au vin. Schaffhouse, voulant prélever une partie de cette richesse, autorise l’ouverture d’une auberge supplémentaire. Ainsi, les autorités municipales restreignent le droit d’auberge de la commune. Mais les habitants de Wilchingen ne l’entendent pas de cette oreille. Cela déclenche une insurrection en 1717. Le conflit dure des années et devient un affrontement entre ville et campagne. Wilchingen doit finalement capituler en 1729.

En 1818, l’horloger neuchâtelois Edouard Bovet émigre de Londres vers la Chine. Il est envoyé par la société Magniac afin de faire du commerce. Cela se passe mieux que prévu et il décide donc de produire et vendre ses propres montres avec l’aide de ses deux frères. Leur société connaît une croissance continue et à la mort de Bovet en 1849, les montres des Neuchâtelois font partie des meilleures du monde.

Edouard Bovet se rend en Chine en 1818 pour vendre des montres. C’est le début des montres Bovet qui vont rapidement faire partie des meilleurs chronomètres du monde.
Musée national suisse / Marco Heer

Sous la houlette d’Elisabeth Flühmann, l’Association argovienne pour la formation et les questions féminines obtient en 1919 plus de 7000 signatures en faveur du droit de vote des femmes. La pétition est déposée auprès du Grand Conseil du canton d’Argovie. La demande n’aboutit pas mais l’engagement d’Elisabeth Flühmann en faveur d’une meilleure éducation pour les filles et les femmes aura des répercussions encore longtemps après. Et pas seulement en Argovie.

De nouvelles lois et ordonnances vont entrer en vigueur le 1er janvier 2020. Par exemple la nouvelle loi sur les forces hydrauliques. L’ancienne date de 1916. La réforme fiscale va également être effective et permettra à la Suisse d’être définitivement rayée de la liste grise des paradis fiscaux établie par l’UE. Ce qui se passera après pourra probablement être conté dans les livres d’Histoire d’ici quelques années…

Nous vous souhaitons un excellent début d’année.

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.