Avec sa police Univers, Adrian Frutiger enthousiasma le monde des graphistes et des typographes.
Wikimedia

Mister Univers

Ses polices de caractères ont changé le monde et pourtant Adrian Frutiger n’est connu que des graphistes et des typographes. Histoire d’un génie silencieux.

Benedikt Meyer

Benedikt Meyer est historien et chroniqueur.

Paris, 1957: Adrian Frutiger se penche une dernière fois sur ses planches. Pendant des mois, il a équilibré les panses et les contrepoinçons, sculpté les pleins et les déliés, esquissé les empattements. Maintenant, tout est parfait: Univers est prête à être publiée. Pour le jeune typographe né à Unterseen, près d’Interlaken, c’est l’accomplissement d’un rêve et le début d’une immense carrière.

À première vue, Univers est née de la règle et du compas. Mais prenons l’exemple du n minuscule; cet arc de cercle qui s’étire discrètement au-dessus de la hauteur d’x pour ensuite s’incliner légèrement vers la droite, ce trait est délicatement affiné sur la gauche, comme s’il avait été tracé à la main. Frutiger n’a rien calculé; son approche était intuitive et pragmatique. Certains détails ne sont d’ailleurs visibles qu’à la loupe. Ainsi le a et son pied minuscule, le o qui n’est pas rond, le s dont le jambage supérieur se resserre imperceptiblement et certains fûts qui n’en sont pas. Toutes ces formes rendent Univers non pas stérile mais sobre et factuelle.

Adrian Frutiger penché sur sa planche à dessin, Bremgarten 1999.
Keystone

Univers était moderne et universelle, c’était une révolution silencieuse. Elle a été la première police de caractères à être déclinée en diverses variantes et graisses, à la grande joie des graphistes et typographes. C’est d’ailleurs l’une des clés de son succès. L’autre raison, c’est qu’elle convient toujours. Univers, c’est la petite robe noire de la typographie. La liste des logotypes et des secteurs d’activités de ses utilisateurs est d’ailleurs interminable. Univers était même tellement passe-partout qu’elle a bien failli disparaître. «Si je me souviens de la cuillère après avoir mangé une soupe, c’est qu’il y avait un problème», explique Frutiger.

Helvetica arrive sur le marché un an plus tard et éclipse Univers. Frutiger ne s’en montre pas troublé le moins du monde – pourtant, lorsque l’on compare les G majuscules des deux polices, on comprend mal l’immense succès rencontré par Helvetica. Les deux créations suisses se répandent alors à toute vitesse et changent les codes de la typographie. Aujourd’hui, Univers, Helvetica et leurs copies bon marché sont utilisées partout dans le monde.

Adrian Frutiger poursuit sa route, continuant de ciseler des glyphes et d’inventer des fontes; l’Égyptienne par exemple, Frutiger ou Avenir. Son deuxième plus grand succès sera l’OCR-B, que l’on retrouve par exemple sur les bulletins de versement. C’est la fonte la mieux lue par les machines; une sorte d’Univers 2.0…

Quelques-unes des polices de caractères dessinées par Adrian Frutiger.
Wikimedia

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.