D’Ostermundigen à Hollywood: Ursula Andress à l’aéroport de Cointrin en 1966.
Musée national suisse / ASL

Ursula Andress et le bikini

Son apparition dans James Bond changea à jamais la réputation du bikini, auparavant considéré comme immoral.

Benedikt Meyer

Benedikt Meyer est historien et chroniqueur.

Une jeune femme émerge des flots bleus des Caraïbes. Belle et blonde, elle ne porte en tout et pour tout qu’un couteau et un bikini. Les experts n’ont toujours pas réussi à savoir lequel des deux était le plus dangereux.

Ursula Andress est née à Ostermundigen, dans le canton de Berne, où ses parents tenaient une pépinière. Elle se rend à Paris à l’âge de 16 ans avant de rejoindre Rome un peu plus tard, où elle rencontre Marlon Brando. Elle l’emmène avec elle à Hollywood et décroche le rôle féminin dans James Bond 007 contre Dr No. À la surprise générale, car mis à part son physique et le double sens amusant de son nom, miss «Undress» était tout sauf parfaite pour ce personnage. Il fallait hâler son teint blafard et doubler sa voix pour effacer son terrible accent suisse.

Le tournage de la scène ne fut pas de tout repos pour l’actrice. Le sable blanc et fin était en fait du corail écrasé et poser le pied dessus était aussi douloureux que de marcher sur un tas de briques lego. Pourtant, celle qui fut devint plus tard notre «Ursi nationale» marqua à jamais l’empreinte des James Bond girls. La scène dans laquelle elle sortait de l’eau devint un moment emblématique de l’histoire du cinéma, à l’instar d’Anita Ekberg dans la fontaine de Trévi ou de la réplique de Dark Vador «Je suis ton père» dans Star Wars. La liste des hommages et détournements cinématographiques est sans fin et les sondages désignent régulièrement la scène comme «moment le plus érotique de l’histoire du cinéma».

Une scène immortelle de l’histoire du cinéma: Ursula Andress dans James Bond 007 contre Dr No.
YouTube

Avant la scène de la plage d’Ursula Andress dans James Bond, les bikinis comme celui-ci étaient considérés comme sulfureux. On était dans les années 1950.
Musée national suisse

Jouer les James Bond girls réussit à l’actrice suisse. Elle tourna ensuite avec des stars comme Elvis Presley, Jean-Paul Belmondo ou Marcello Mastroianni.
Musée national suisse / ASL

D’un côté, il y avait Ursula Andress, de l’autre le bikini… Plus vraiment nouveau en 1962, il choquait cependant encore et n’était donc que très peu porté. Tout changea avec le deux-pièces blanc arboré par Ursula Andress. Le bikini commença à se vendre et la jeune femme d’Ostermundigen devint une star internationale. Elle tourna d’autres films avec Sean Connery, eut des stars pour partenaires, comme Elvis Presley.

La scène où Ursula Andress sort de l’eau en bikini marqua l’histoire du cinéma et de la mode, mais fut aussi un tournant entre les années 1950 moralistes et les années 1960 plus libérales, qui prônaient une image positive du corps et une sexualité moins corsetée. D’ailleurs, sans Ursula Andress, Mani Matter n’aurait peut-être pas écrit «Dialog im Strandbad» [«Dialogue la plage»].

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.