Atelier de batteur d’or, musée municipal de Schwabach.
Atelier de batteur d’or, musée municipal de Schwabach. Wikimedia

Fortune à l’Est

La guerre de Trente Ans, qui décima l’Europe, n’épargna pas la Suisse, restée pourtant en dehors du conflit. Elle entraîna une émigration importante, vers le Nord mais aussi vers l’Est. Une décision qui fit la fortune de certains, parmi lesquels le batteur dְ’or Heinrich Schlatter.

Katrin Brunner

Katrin Brunner

Katrin Brunner a écrit l’histoire de Niederweningen et d’Oberweningen en plus d’être journaliste indépendante.

Heinrich Schlatter naquit en 1663 à Wehntal, près de la frontière allemande. À sa naissance, la guerre de Trente Ans était finie depuis déjà 15 ans, mais l’Europe en portait encore les stigmates. Famines et épidémies avaient décimé le Sud de l’Allemagne. Si la Suisse avait été largement épargnée par les tourments de la guerre, les conditions de vie s’y étaient là aussi dégradées, contraignant de nombreuses familles à l’exil. En 1665, le père du petit Heinrich, meunier de son état, se fit en plus tailleur de pierres pour subvenir aux besoins de sa famille. La tâche était ardue: le prix de la nourriture augmentait rapidement, obligeant de plus en plus de personnes à s’endetter. De plus, la population de la Suisse, à la différence des pays touchés par la guerre, était nombreuse, ajoutant un poids supplémentaire au fardeau de la société. On ne s’étonnera donc pas que dans les années qui suivirent le conflit, des milliers de Zurichois, de Bernois et de Schaffhousois aient migré dans le sud-ouest de l’Allemagne. Des années auparavant, cette région avait perdu un tiers de ses habitants, victimes des horreurs de la guerre et des famines qui en découlèrent.
La Guerre de Trente ans fut terrible et fit de nombreuses victimes.
La Guerre de Trente ans fut terrible et fit de nombreuses victimes. Wikimedia

Une profes­sion rare et recherchée

Le jeune Heinrich, âgé de 20 ans, apprit le métier peu ordinaire mais recherché de batteur d’or. Son apprentissage le mena d’abord dans la ville réformée de Bâle qui, avec Zurich, constituait le cœur de ce secteur en Suisse. C’est là que l’on fabriquait de fines feuilles d’or, destinées à être utilisées par des ébénistes, des architectes ou des joailliers pour la fabrication de meubles, la décoration de bâtiments ou l’ornementation de bijoux. Cependant, la division confessionnelle de l’Europe, qui connut un premier pic au XVIe siècle avec les rébellions huguenotes et l’expulsion de ces croyants dans les territoires à majorité protestante, remit fortement en question le monopole de ces deux villes dans le domaine de la fabrication de feuilles d’or. Les guildes d’artisans de l’Est critiquaient en effet la montée fulgurante des concurrents protestants bien formés. Dans ce contexte, Heinrich, son frère Jakob et 22 autres jeunes hommes décidèrent de poursuivre leur route. C’est ainsi qu’ils arrivèrent à Berlin, en 1687. Là, la vie économique reprenait des couleurs depuis l’accession au pouvoir du prince Frédéric Guillaume, au milieu du XVIIe siècle. Peu après son arrivée dans la ville allemande, Heinrich Schlatter épousa la «fille Catharina Typken». Il dirigeait par ailleurs une manufacture de broderies d’or et d’argent et une affaire d’accessoires de mode, deux activités suffisamment lucratives pour lui permettre de pourvoir aux besoins de sa femme et de leurs neuf enfants.
Une feuille d’or, fruit du travail d’un batteur d’or.
Une feuille d’or, fruit du travail d’un batteur d’or. Pixabay

Aux ordres du tsar

Le tsar russe Pierre le Grand appréciait énormément la culture et l’art occidentaux. Saint-Pétersbourg, la ville qu’il fonda, est empreinte de diverses réformes et d’une architecture inspirée des traditions de l’Ouest. Pierre le Grand recruta une véritable armée d’experts occidentaux: des viticulteurs, des fromagers, des commerçants et bien sûr, des batteurs d’or. En 1718, Heinrich Schlatter partit pour Saint-Pétersbourg, emmenant avec lui son fils Johann Wilhelm, alors âgé de 10 ans. À l’époque, déjà, ils étaient considérés comme des citoyens allemands. Près de 10 000 Suisses et Allemands émigrèrent en Russie à la même époque que Schlatter, au début du XIXe siècle. Notre héros assuma des fonctions de haut fonctionnaire au sein de la toute récente École des mines. Son fils Johann Wilhelm, ou «Ivan Andreïevitch Slater», comme on l’appelait dans son nouveau pays, apprit le russe et révéla très vite des aptitudes en tant qu’ingénieur minier. Il fut le premier à rédiger en russe un livre sur l’exploitation des mines, bientôt suivi d’autres écrits sur le même sujet, salués par les connaisseurs. La famille Schlatter demeura en Russie. Il semble qu’elle avait trouvé sa fortune dans l’exil.
Portrait de Pierre Ier, dit le Grand.
Portrait de Pierre Ier, dit le Grand. Wikimedia

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.