La chartreuse d’Ittingen telle que la découvre aujourd’hui le public.
La chartreuse d’Ittingen telle que la découvre aujourd’hui le public. Musée d’art de Thurgovie, musée d’Ittingen

Un riche programme sur un vitrail

Prêt permanent du Musée national suisse, un vitrail datant de 1588 d’une exceptionnelle qualité artistique complète aujourd’hui les collections du musée d’Ittingen, dans la chartreuse du même nom.

Cornelia Mechler

Cornelia Mechler

Responsable administrative, marketing et RP du musée d’art de Thurgovie et du musée d’Ittingen, à la chartreuse d’Ittingen

La chartreuse d’Ittingen, ancien monastère près de Frauenfeld, a accueilli pendant des siècles des communautés de moines – des augustins d’abord, puise des chartreux. Durant les différentes phases de régression des monastères, de la Réforme à la dissolution des monastères suisses, autour de 1848, en passant par la Révolution française, les biens des différents ordres devinrent pour une bonne part la propriété de particuliers, ou furent récupérés par la collectivité. Utilisés différemment, les lieux furent radicalement transformés, voire entièrement détruits. Par chance, à Ittingen, c’est non seulement la majeure partie des bâtiments qui a été conservée, mais aussi l’environnement largement agricole dans lequel s’inscrivait la propriété monacale. En 1867, Victor Fehr (1846-1938), originaire de Saint-Gall, acquit la chartreuse et la transforma en un domaine agricole modèle. Il demeura impliqué dans la gestion jusqu’à sa mort, même s’il avait passé les rênes à son fils Edmund Fehr (1883-1965) quelques années auparavant. Après la Seconde Guerre mondiale, la chartreuse pâtit comme bien d’autres des difficultés économiques auxquelles l’agriculture suisse se trouvait confrontée. Il devenait par ailleurs de plus en plus difficile d’entretenir le domaine historique comme l’exigeaient ses immenses dimensions. À la mort d’Edmund Fehr, les héritiers se mirent en quête d’un acquéreur. Des négociations eurent lieux avec plusieurs personnes intéressées, jusqu’en 1977 où la propriété fut vendue à la fondation Kartause Ittingen. En sauvant ce monument historique, au sens le plus large du terme, et en parvenant à lui redonner durablement un second souffle, la chartreuse d’Ittingen est devenue un cas d’école de la conservation des monuments historiques suisses.
Vue de la chartreuse d’Ittingen depuis le sud. Par Johann Conrad Weber, vers 1840.
Vue de la chartreuse d’Ittingen depuis le sud. Par Johann Conrad Weber, vers 1840. Musée historique de Thurgovie

Un prêt qui connecte

Depuis près d'un an, un vitrail d'une qualité artistique exceptionnelle, prêté à titre permanent par le Musée national suisse, enrichit le musée d’Ittingen. Le vitrail exceptionnellement grand de 1588 a été commandé à l'origine par la chartreuse d'Ittingen. Il a probablement été réalisé dans l'atelier du peintre zurichois Christoph Murer.
Vitrail de la chartreuse d’Ittingen, 1588.
Vitrail de la chartreuse d’Ittingen, 1588. Musée national suisse
Les particuliers et les corporations avaient pour coutume d’offrir des vitraux pour se rappeler au bon souvenir des institutions amies. Le vitrail prêté par le MNS porte une inscription mentionnant le prieur et le couvent de la chartreuse d’Ittingen. On y voit également deux blasons aux armes d’Ittingen. Autant d’indices laissant penser que l’œuvre était moins conçue pour être présentée à Ittingen que comme un cadeau d’apparat. L’identité des destinataires n’est précisée nulle part. Il s’agissait peut-être de la chartreuse de Buxheim, près de Memmingen, avec laquelle Ittingen entretenait des liens étroits. C’est en tout cas ce que peuvent suggérer les nombreuses scènes reproduites sur la vitre, empreintes de l’esprit chartreux.
Le Musée national suisse acquit l’œuvre en 1891, lors de la mise aux enchères d’une collection privée à Constance. Formant un carré presque parfait, le vitrail est dominé au centre par une représentation, dans un cadre circulaire, du chapitre général de l’ordre des chartreux, à la Grande Chartreuse. Le rassemblement, en la maison mère, des prieurs des différentes chartreuses était l’organe législatif de cet ordre très centralisé. Pour représenter les nombreux personnages de cette scène, l’artiste s’est efforcé de varier abondamment la gestuelle et les postures.
Partie centrale du vitrail.
Partie centrale du vitrail. Musée national suisse
Un cycle avec douze scènes individuelles avec des inscriptions est disposé autour de cette scène principale. C'est la légende de saint Bruno de Cologne, le fondateur de l'ordre des chartreux. La vie du fondateur de l'ordre est représentée, d'une expérience de conversion à Reims, en passant par la retraite dans la solitude et la fondation de la Grande Chartreuse, jusqu'à un voyage à Rome et en Calabre.
L’évêque Hugo salue Bruno et ses compagnons.
L’évêque Hugo salue Bruno et ses compagnons. Musée national suisse
Image 01 de 04
La construction de la Grande Chartreuse.
La construction de la Grande Chartreuse. Musée national suisse
Image 01 de 04
Scène de la légende de saint Bruno: Bruno refuse les honneurs de la charge épiscopale.
Scène de la légende de saint Bruno: Bruno refuse les honneurs de la charge épiscopale. Musée national suisse
Image 01 de 04
Bruno rencontre le comte Roger Ier en Calabre.
Bruno rencontre le comte Roger Ier en Calabre. Musée national suisse
Image 01 de 04
Quatre autres scènes sont reproduites dans les coins, menant l’œil vers le cadre carré du vitrail. En haut, on reconnaît deux épisodes de la vie de saint Laurent, patron de la chartreuse d’Ittingen: la distribution des biens de l’Église aux pauvres et son martyr sur le gril. En bas, on distingue deux grandes figures de l’histoire du monachisme: à gauche, saint Antoine, retiré dans le désert égyptien avec ses compagnons, à droite, saint Benoît, père du monachisme occidental.
En haut à gauche: la distribution des biens de l’Église aux pauvres
En haut à gauche: la distribution des biens de l’Église aux pauvres Musée national suisse
Image 01 de 04
En haut à droite: le martyr sur le gril
En haut à droite: le martyr sur le gril Musée national suisse
Image 01 de 04
En bas à gauche: saint Antoine et ses amis se retirent dans le désert d’Égypte.
En bas à gauche: saint Antoine et ses amis se retirent dans le désert d’Égypte. Musée national suisse
Image 01 de 04
En bas à droite: saint Benoît, père du monachisme occidental.
En bas à droite: saint Benoît, père du monachisme occidental. Musée national suisse
Image 01 de 04
Le vitrail est exposé au musée d’Ittingen, dans le réfectoire d’hiver, avec d’autres vitraux et des représentations de saint Bruno.

Musée d’Ittingen et musée d’art de Thurgovie

La chartreuse d’Ittingen s’efforce de perpétuer les valeurs monacales et, dans cette optique, gère un centre de séminaires et de congrès, une exploitation agricole dotée d’une fromagerie et d’un vignoble, un hôtel, des emplois protégés et des logements adaptés pour les personnes souffrant de handicap psychique et mental. Elle abrite le musée d’art de Thurgovie, le musée Ittingen et le tecum, centre évangélique pour la spiritualité, la formation et la vie paroissiale. Avec sa collection d’exception et ses intéressantes expositions temporaires, le musée d’art de Thurgovie contrebalance de façon intéressante le charme ancien de l’antique monastère. Des artistes de renommée internationale ont conçu de nouvelles œuvres spécialement pour la chartreuse d’Ittingen. Le musée d’Ittingen présente de façon vivante l’histoire des bâtiments et de leurs habitants. Les austères cellules restituent le calme et la solitude dans lesquels les chartreux recherchaient la proximité à Dieu, tandis que dans la salle à manger, richement meublée, et la splendide église rococo, on croit encore voir les moines vivre et prier. Nous espérons pouvoir rouvrir les musées de la chartreuse d’Ittingen au public le 1er mars 2021. Le site konstanz360.de propose en attendant une visite virtuelle.

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.