En Suisse, le premier tunnel ferroviaire digne de ce nom traversait le Jura de part en part et fut inauguré en 1858. Illustration de Marco Heer.
En Suisse, le premier tunnel ferroviaire digne de ce nom traversait le Jura de part en part et fut inauguré en 1858. Illustration de Marco Heer.

La traversée du Jura

«Hau den Stein», soit «Jetez-leur la pierre», disait-on à partir de 1853 entre les cantons de Bâle-Campagne et de Soleure. Cinq ans plus tard, le tunnel du Hauenstein devenait le tout premier tunnel ferroviaire percé en Suisse.

Andrej Abplanalp

Andrej Abplanalp

Historien et chef de la communication du Musée national suisse.

Le premier tunnel ferroviaire digne de ce nom jamais percé en Suisse n’est pas celui du Saint-Gotthard, ni celui du Simplon, encore moins celui du Lötschberg. Non, c’est le tunnel du Hauenstein, officiellement inauguré en 1858, sous la maîtrise d’ouvrage de la Compagnie du Central-Suisse. Sise à Bâle, la Compagnie avait été fondée en 1853 dans l’idée de relier les régions de Lucerne et de Berne, ainsi que la Suisse romande à Bâle sur les rives du Rhin. Mais il fallait d’abord résoudre le problème de la traversée du Jura. Le chantier du tunnel du Hauenstein débuta dès juillet 1853. Long de 2495 mètres, ce fut le premier tunnel ferroviaire suisse à traverser une montagne de part en part. Seul le tunnel du Schlossberg, près de Baden, est plus ancien puisqu’il a été percé en 1847. Mais avec ses 80 mètres de longueur, il ne tient pas la comparaison.
Le tunnel du Hauenstein d’après une gravure de 1857.
Le tunnel du Hauenstein d’après une gravure de 1857. ETH Bibliothek Zurich
La construction du tunnel reliant Läufelfingen (BL) à Trimbach (SO) ne fut pas une mince affaire. Fruit d’un dur labeur, qui coûta de nombreuses vies humaines. L’incendie d’un puits en mai 1857 se révéla particulièrement meurtrier, tuant 52 ouvriers et 11 sauveteurs. Un four avait été installé pour améliorer la qualité de l’air dans le tunnel, jusqu’alors étouffant. Le dispositif, fonctionnant sur la base d’une différence de températures intérieures et extérieures, permettait la circulation de l’air. Cela fonctionna très bien jusqu’au jour où une étincelle provoqua un incendie dans un puits, suivi de l’effondrement d’une galerie. Il fallut plusieurs jours aux secours pour déblayer l’accès. Trop tard pour les ouvriers pris au piège.
L’accident de 1857 représenté dans le journal allemand «Die Gartenlaube», 1857.
L’accident de 1857 représenté dans le journal allemand «Die Gartenlaube», 1857. Wikimedia
Outre cet accident, la fin des travaux, d’abord fixée à 1857, fut retardée par d’innombrables infiltrations d’eau. L’inauguration officielle eut donc lieu avec un an de retard, le 1er mai 1858. Sur la liste des invités, deux conseillers fédéraux, Wilhelm Matthias Naeff et Giovanni Battista Pioda. Or la traversée du Jura, si elle était importante pour l’État ferroviaire qu’ambitionnait d’être la jeune Suisse, plaçait le gouvernement devant un dilemme. Fallait-il se rendre à la réception alors que des invitations similaires avaient été déclinées par le passé? Oui mais non. Plus exactement, oui, mais pas de façon officielle. Un compromis digne de la bonne vieille tradition suisse (quoiqu’encore récente à l’époque). L’invitation de la Compagnie du Central-Suisse fut donc refusée très poliment, et avec beaucoup de doigté: «Nous sommes dans l’obligation de souligner que nous n’avons par le passé jamais accepté d’invitations similaires à la vôtre. Il nous semple donc approprié de nous en tenir à cette coutume cette fois-ci encore, ce qui n’exclut cependant pas qu’e certains membres de notre administration assistent, dans la mesure du possible, à ces festivités si importantes pour la Patrie.» Autrement dit, la Compagnie devait comprendre entre les lignes qu’elle pouvait compter sur la présence d’au moins un conseiller fédéral ce jour-là.
Invitation de la «Compagnie du Central-Suisse» conviant le conseiller fédéral à assister à l’inauguration officielle du tunnel du Hauenstein, 1858.
Invitation de la «Compagnie du Central-Suisse» conviant le conseiller fédéral à assister à l’inauguration officielle du tunnel du Hauenstein, 1858. Archives fédérales suisses
Réponse du conseiller fédéral déclinant l’invitation à participer officiellement à l’inauguration du tunnel du Hauenstein, 1858. Mais ceci est une autre histoire que nous vous raconterons bientôt...
Réponse du conseiller fédéral déclinant l’invitation à participer officiellement à l’inauguration du tunnel du Hauenstein, 1858. Mais ceci est une autre histoire que nous vous raconterons bientôt... Archives fédérales suisses
Une nouvelle inauguration officielle du tunnel du Hauenstein par un membre du gouvernement devait être organisée en 1916. Mais là encore, rien ne se passa comme prévu, en raison de la Première Guerre mondiale. Le premier tunnel de base de Suisse, long de presque huit kilomètres fut donc inauguré sans festivités particulières. Les deux tunnels n’en restent pas moins deux chefs d’œuvres de leur époque, et deux jalons historiques – conseiller fédéral ou pas.
Le conseiller fédéral Wilhelm Mathias Naeff était le supérieur du directeur général des postes fédérales, Benedikt La Roche.
Des invités d’honneur non officiels: les conseillers fédéraux Giovanni Battista Pioda (à gauche) et Wilhelm Matthias Naeff. Musée national suisse

La première fois…

Il y a une première fois à tout. Cette série met à l’honneur les premières historiques de la Suisse et aborde des thèmes aussi variés que les premiers passages piétons et la toute première initiative populaire. Les articles sont rédigés en collaboration avec les Archives fédérales suisses.

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.