Fin d’une carrière d’espion. Photos prises par la police à Genève. C’est ici qu’Edmond Hamel envoyait ses messages à Moscou.
Fin d’une carrière d’espion. Photos prises par la police à Genève. C’est ici qu’Edmond Hamel envoyait ses messages à Moscou. ETH Library Zurich, Archiv für Zeitgeschichte

Les espions du lac Léman

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Soviétiques ont bénéficié de renseignements importants en provenance de la Suisse. Les espions de «l’Orchestre rouge» étaient parfaitement informés des projets d’Hitler.

Gabriel Heim

Gabriel Heim

A la fois écrivain, réalisateur de films et organisateur d’expositions, Gabriel Heim effectue des recherches sur de nombreux sujets d’histoire contemporaine. Il vit à Bâle.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Suisse fut l’une des grandes plaques tournantes de l’espionnage européen, si ce n’est la principale. Le ciel de Berne vibrait d’ondes diverses, car les représentations diplomatiques de tous les pays, profitant du statut extraterritorial de leur ambassades, exploitaient toutes des stations radio de qualité professionnelle. Les grandes nations belligérantes avaient une activité particulièrement soutenue, envoyant de temps à autre en Suisse leurs meilleurs opérateurs radio et décrypteurs munis de passeports diplomatiques. Un pays, cependant, se trouvait dans l’impossibilité de participer à cette «guerre des ondes» sous couvert d’immunité diplomatique: l’Union soviétique. À l’époque, en effet, Moscou n’entretenait aucune relation diplomatique avec la Suisse. Si elle voulait pouvoir tirer parti de la mine d’informations qu’offrait cet État neutre, il lui fallait dissimuler des émetteurs radio et introduire clandestinement les agents compétents.

Une centrale d’espionnage dissimu­lée dans un chalet

C’est dans cette optique qu’en 1938, Moscou envoya en Suisse Ursula Maria Kuczynski, âgée d’à peine 30 ans. Malgré sa jeunesse, l’espionne, née à Berlin, pouvait déjà se targuer de quelques aventures. À Shanghai, elle avait rencontré Richard Sorge, grand espion de la direction générale des renseignements de l’État-Major des Forces Armées de Russie (GRU), qui l’avait approchée au nom des services secrets soviétiques. En 1933, à l’âge de 22 ans, Ursula fut recrutée par le GRU à Moscou. Elle y apprit le métier d’agent et d’opératrice radio. Au milieu des années 1930, après avoir rempli avec succès sa première mission en Mandchourie, elle fut envoyée en Suisse sous le pseudonyme d’Ursula Schultz. Elle devait mettre sur pied un réseau d’espions et recruter des groupes de résistance devant intervenir en Allemagne. Sa planque était un chalet situé à Caux, au dessus de Montreux. À partir de 1940, elle émit ses premiers messages radio au moyen d’un émetteur à ondes courtes extrêmement puissant, sous le nom de code de Sonia.
Un chalet situé dans le paisible village de Caux, transformé en centre d’espionnage par Ursula Schultz.
Un chalet situé dans le paisible village de Caux, transformé en centre d’espionnage par Ursula Schultz. ETH Library Zurich
Richard Sorge sur une photo de 1940.
Richard Sorge sur une photo de 1940. Wikimedia
L’une de ses premières recrues fut Alexander Foote, un Britannique ayant combattu en Espagne. C’est elle qui le forma à ses fonctions de «pianiste», comme on appelait dans le jargon des espions les opérateurs qui, à l’instar des virtuoses du clavier, possédaient chacun un rythme caractéristique permettant aux destinataires de leurs messages en morse de les identifier avec certitude. À partir de 1938, le cartographe hongrois Sándor Radó, rompu à la clandestinité, était lui aussi en activité à Genève, où il opérait sous la couverture de son agence Geopress en tant que responsable du service des actualités soviétiques en Suisse. Sonia devint son opératrice. Début 1940, elle réussit à établir la première connexion stable avec Moscou. Par la suite, elle quitta la Suisse et devint la plus brillante agent au service de l’Union soviétique. Son successeur au sein des «Trois rouges» du lac Léman, désormais célèbres, fut le «pianiste» Alexander Foote (nom de code: Jim) qui communiquait les messages du groupe Radó (nom de code: Dora). Dans un deuxième groupe, c’est la résistante germano-polonaise Rachel Dübendorfer (nom de code: Cissy) qui officiait. Une autre cellule des Trois rouges portait le nom du journaliste suisse Otto Pünter (nom de code: Pakbo).
Otto Pünter posant devant un dispositif de microphotographie qu’il utilisait pendant la Seconde Guerre mondiale pour faire passer des informations top secret.
Otto Pünter posant devant un dispositif de microphotographie qu’il utilisait pendant la Seconde Guerre mondiale pour faire passer des informations top secret. ETH Library Zurich, Archiv für Zeitgeschichte
L’un des trois puissants émetteurs à ondes courtes se trouvait à Lausanne et était utilisé par Alexander Foote; deux autres étaient à Genève, d’où les opérateurs suisses Edmond et Olga Hamel (noms de code: Eduard et Maud), ainsi que la spécialiste bâloise Margrit Bolli (nom de code: Rosa) envoyaient les messages cryptés à Moscou. La matière, toujours fraîche du jour, était livrée par Rudolf Rössler, émigrant allemand vivant à Lucerne (nom de code: Lucie). Aujourd’hui encore, les sources de ses informations, extrêmement fiables, restent obscures. D’après les indications qu’il a fournies après la guerre, elles provenaient de militaires de haut rang hostiles au régime nazi.
Rudolf Rössler, le cerveau des Trois rouges.
Rudolf Rössler, le cerveau des Trois rouges. Archives fédérales suisses
Au moment de l’invasion de l’URSS par la Wehrmacht, le 22 juin 1941, les Trois rouges étaient opérationnels. Dès les premières heures, leurs messages radio informaient l’état-major général de l’Union soviétique de la conduite de la guerre prévue par les Allemands. «Dora au directeur, Dora au directeur» – sans relâche ou presque, ils envoyaient informations et avertissements dans l’éther. Alexander Foote passait ainsi souvent plus de cinq heures par nuit assis à son émetteur. Il était submergé par le travail.
 Alexander Foote, espion et écrivain.
Alexander Foote, espion et écrivain. ETH Library Zurich, Archiv für Zeitgeschichte
Dans ses mémoires, A Handbook for Spies («Un manuel pour espions», non traduit en français), rédigé en 1954, il raconte: «Les deux plus grands adversaires de notre organisation étaient naturellement l’armée allemande et la police fédérale suisse. La première, parce que les activités de notre réseau la visaient directement, la deuxième, parce que lesdites activités constituaient une entorse à la neutralité suisse. L’armée allemande s’efforçait bien sûr de pénétrer notre organisation pour la supprimer. Les Suisses, de leur côté, se tenaient prêts à agir dès qu’ils auraient rassemblé suffisamment de preuves. Pour autant, ils ne voulaient pas déroger à leurs procédés habituels et démanteler un réseau de services secrets, tant qu’ils estimaient qu’ils œuvraient en faveur des démocraties». Pendant plus de deux ans, les émetteurs à ondes courtes des Trois rouges restèrent hors du contrôle de la police fédérale et des instances militaires. Peut-être ces dernières se seraient-elles gardées de toute action si l’armée allemande n’était pas intervenue, ayant depuis longtemps remarqué les échanges soutenus entre services radiophoniques suisses et étrangers. Il revenait cependant aux Suisses de localiser les émetteurs.
Les informations émises depuis la Suisse, extrêmement précises, témoignent de l’efficacité du réseau d’information.
Les informations émises depuis la Suisse, extrêmement précises, témoignent de l’efficacité du réseau d’information. Archives fédérales suisses
À cette fin, le contre-espionnage suisse mit sur pied un groupe radiophonique spécifique. Celui-ci reçut trois appareils permettant une localisation de proximité, montés sur des véhicules. Début octobre 1943, les opérateurs suisses se placèrent à différents points de la banlieue genevoise compris dans un grand triangle et captèrent les signaux étrangers en morse. Leurs appareils indiquèrent immédiatement les bandes d’ondes, ainsi que la direction approximative des émetteurs clandestins. Il s’agissait à présent de déterminer leur position exacte. Les véhicules de localisation parcoururent lentement les rues de Genève, se rapprochant par trois côtés du point indiqué par les appareils.
C’est depuis cette villa de Genève qu’Edmond Hamel transmettait ses informations à Moscou.
C’est depuis cette villa de Genève qu’Edmond Hamel transmettait ses informations à Moscou. ETH Library Zurich, Archiv für Zeitgeschichte
Deux semaines plus tard, on connaissait à peu près l’emplacement des émetteurs genevois: l’un dans les environs de la Route de Florissant, l’autre dans le centre-ville, très densément peuplé, probablement dans la Rue Henri Mussard. Enfin, des soldats en civil furent envoyés dans les domiciles des environs avec un appareil de localisation caché dans une valise.  La «voix» de l’émetteur se fit de plus en plus nette, jusqu’à ce que la radio de l’armée les mène finalement devant la porte d’un appartement. Même chose quelques semaines plus tard à Lausanne: dans la nuit du 19 au 20 novembre 1943, à minuit et demi, Foote se mit en relation avec Moscou. Il communiqua un bref message puis se mit à retranscrire un long message que la centrale avait à lui délivrer. Trois quarts d’heure plus tard, une explosion se fit entendre à la porte de son appartement: c’en était fait. Dans les quelque trois minutes que la police mit à pénétrer l’appartement, il eut néanmoins le temps de mettre l’émetteur hors d’usage et de brûler le peu de documents qu’il avait en sa possession dans un grand cendrier prévu spécialement à cet effet. L’arrestation de Foote marqua la fin des communications entre la Suisse et la centrale.
L’appareil radiophonique, sécurisé par la police.
L’appareil radiophonique, sécurisé par la police. ETH Library Zurich, Archiv für Zeitgeschichte

Que sont devenus ces espions?

Alexander Foote se réfugia à Paris après que le groupe Radó fut découvert. Il reçut l’ordre de rentrer immédiatement à Moscou. Là-bas, il fut soumis à un interrogatoire intensif (et à des tortures) visant à vérifier sa loyauté et à exclure une activité d’agent double. S’en étant sorti avec succès, il reçut une nouvelle identité, devenant le Major Granatow. En 1947, la Suisse condamna par contumace Sándor Radó à trois ans de prison et à 15 ans d’interdiction de pénétrer sur le territoire. Exilé au Caire, Radó fut brutalement ramené en Union Soviétique où il fut immédiatement interné. Un peu plus tard, Staline le gracia, commuant sa peine en dix années de camp de travail. Sa peine purgée, en 1955, il fut libéré et retourna à Budapest. En 1944, Rachel Dübendorfer fut brièvement incarcérée en Suisse. En octobre 1945, un tribunal militaire suisse la condamna par contumace à deux ans de prison. Elle s’enfuit en Union soviétique en passant par le Canada. Arrivée à destination, elle fut emprisonnée jusqu’en 1956, puis libérée en RDA. Otto Pünter avait réussi à transmettre à l’Union soviétique, via la représentation chinoise à Berne, des informations importantes, avant la fin des Trois rouges. Après la Seconde Guerre mondiale, il présida la Communauté de travail des journalistes du Palais fédéral, avant de diriger le service de presse et d’information de la Société Suisse de Radiodiffusion (SSR) de 1956 à 1965. Margrit Bolli fut condamnée en 1947 par un tribunal militaire suisse (tribunal de division 1A) à dix mois de prison avec sursis et à une amende de 500 francs suisses pour espionnage militaire au préjudice d’États étrangers. Otto Pünter paya sa caution, lui permettant ainsi d'être libérée.

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.