Rangées de tricycles électriques de La Poste, dans l’atelier de fabrication de l’entreprise Tribelhorn AG à Altstetten, vers 1920.
Rangées de tricycles électriques de La Poste, dans l’atelier de fabrication de l’entreprise Tribelhorn AG à Altstetten, vers 1920. Musée suisse des transports

Brève histoire de l’électromobilité

Longtemps considérés comme des curiosités, les véhicules électriques sont aujourd’hui sur toutes les lèvres. On sait moins, en revanche, qu’ils ont déjà connu un âge d’or aux alentours de 1900. À l’époque, près de la moitié des automobiles circulant à New York étaient des véhicules électriques. La Suisse contribuait alors dans une large mesure à l’électromobilité au niveau international.

Jean-Luc Rickenbacher

Jean-Luc Rickenbacher

Jean-Luc Rickenbacher est historien et conservateur au Musée Suisse des Transports à Lucerne.

Vers 1900, nul ne pouvait encore prédire quel mode de propulsion automobile allait s’imposer sur les routes. Aux États-Unis, la circulation se partage à peu près équitablement entre les véhicules à vapeur, à essence et électriques. En plus de manquer cruellement de fiabilité, les premières voitures à essence sont chères à l’usage et leur moteur démarre laborieusement. À charge pleine, l’automobile électrique est quant à elle prête au départ dès que l’interrupteur général est enclenché. En 1899, le modèle «La Jamais Contente» mis au point par l’ingénieur et pilote de course belge Camille Jenatzy (1868-1913) est le premier véhicule routier à filer à plus de 100 km/h.
Camille Jenatzy à bord de «La Jamais Contente» lors du grand défilé du 1er mai 1899 à Achères (France).
Camille Jenatzy à bord de «La Jamais Contente» lors du grand défilé du 1er mai 1899 à Achères (France). Wikimedia
Le chemin de fer notamment fait partie des premiers modes de transport électrifiés. En l’absence de gisement de charbon, la Suisse est contrainte d’importer cette source d’énergie alors largement prédominante. Afin de renforcer son indépendance vis-à-vis de l’étranger et de dégager un nouveau champ d’activité pour l’industrie du courant, le pays met en œuvre le projet d’électrification du rail de manière précoce et massive. Ce sont les tramways et les petits chemins de fer qui ouvrent le bal. Le tronçon «Tramway Vevey-Montreux-Chillon» est le premier à être électrifié en Suisse, en 1888. Dès 1906 et 1913, les différentes portions de l’axe Simplon-Lötschberg sont alimentées à la «houille blanche». Les CFF érigent même des centrales propres pour électrifier leurs lignes, comme la centrale hydroélectrique de Ritom dans le canton du Tessin, donc la construction s’achève en 1920. Ainsi, la Suisse joue un rôle de premier plan sur la scène internationale dès l’entre-deux-guerres.
Tramway électrique à Montreux vers 1890.
Tramway électrique à Montreux vers 1890. Musée national suisse

Johann Albert Tribel­horn, pionnier de l’électricité

En Suisse, les débuts de la production de véhicules électriques sont étroitement liés au nom de Johann Albert Tribelhorn (1868-1925). Élevé dans un orphelinat de Saint-Gall, le jeune Tribelhorn émigre à Buenos Aires en 1889, où il est nommé chef des ateliers mécaniques de la Compagnie des télégraphes d’Argentine. En 1899, il regagne Olten et fonde un an plus tard la fabrique d’accumulateurs Tribelhorn AG. En 1906, il délocalise la production des rives du lac de Zurich à Feldbach, dans la commune d’Hombrechtikon. En plus des véhicules routiers, il met au point près de 26 bateaux électriques. Tribelhorn rédige lui-même la plupart des articles du magazine Das Elektromobil, destiné à la clientèle. Il propose certes des modèles standard au départ, mais chaque produit ou presque est en fin de compte adapté individuellement aux besoins des acheteurs. Les omnibus pour les hôtels, les ambulances, divers véhicules utilitaires ainsi que les voitures de pompiers et les camions de livraison sont particulièrement appréciés. Les médecins constituent quant à eux le sommet de la pyramide de la clientèle pour les automobiles particulières. Les avantages tombent sous le sens: les mains restent propres et indemnes au démarrage, les voitures avancent en silence et n’émettent aucun gaz d’échappement. C’est la ville touristique de Lucerne qui détient la plus grande flotte de véhicules Tribelhorn, tous les hôtels de luxe possédant au moins un véhicule électrique. En 1912, 24 stations de recharge dédiées sont disponibles, principalement en Suisse alémanique. Si pendant la Première Guerre mondiale, alors que l’armée utilise des chevaux de trait, les commandes de camions Tribelhorn bondissent, le fauteuil roulant électrique conçu pour les foyers de vétérans ne trouve pas son public. Le brillant résultat commercial d’après-guerre conduit Tribelhorn à bâtir un nouvel atelier de fabrication à Altstetten. Mais le succès n’est pas au rendez-vous. L’entreprise Tribelhorn fait faillite en 1921. «Elektrofahrzeuge AG EFAG», qui lui succède, ne conserve que cinq employés fixes. Le fils de Tribelhorn, Leon Ricardo, en reprendra la direction en 1926.
Bâtiment de la «Fabrik elektrischer Fahrzeuge A. Tribelhorn» à Feldbach (ZH), vers 1910.
Bâtiment de la «Fabrik elektrischer Fahrzeuge A. Tribelhorn» à Feldbach (ZH), vers 1910. Musée suisse des transports
Camion de pompiers électrique Tribelhorn pour les sapeurs-pompiers de Berne, vers 1908.
Camion de pompiers électrique Tribelhorn pour les sapeurs-pompiers de Berne, vers 1908. Musée suisse des transports
Bateau électrique «Brunnen-Treib» pour le transport de passagers de la société Tribelhorn AG sur le lac des Quatre-Cantons, vers 1910. La coque fut produite sur le chantier naval «J. Faul», sur les rives du lac de Zurich.
Bateau électrique «Brunnen-Treib» pour le transport de passagers de la société Tribelhorn AG sur le lac des Quatre-Cantons, vers 1910. La coque fut produite sur le chantier naval «J. Faul», sur les rives du lac de Zurich. Musée suisse des transports
Camion électrique Tribelhorn de la Brunnenverwaltung Eptingen, borne de recharge à droite, vers 1920.
Camion électrique Tribelhorn de la Brunnenverwaltung Eptingen, borne de recharge à droite, vers 1920. Musée suisse des transports

«Le moteur thermique» évince «le moteur électrique»

Pendant l’entre-deux-guerres, la voiture électrique incarne l’antithèse du progrès. Les clubs automobiles sont certes populaires, mais les véhicules propulsés par le courant ne font pas vraiment rêver. Les moteurs à combustion essence et diesel se sont clairement imposés et la vérité des coûts n’intéresse guère. Certes, l’électrification progresse, mais surtout dans le domaine domestique; les véhicules de ce type sont pour leur part considérés comme démodés, lents et onéreux. Ils restent toutefois des outils de travail appréciés dans diverses niches. Les chariots élévateurs, les véhicules de plateforme, les remorqueurs, les petits transporteurs commerciaux et les véhicules de livraison électriques rendent de précieux services. D’autres entreprises, telles que la Schweizerische Industrie-Gesellschaft (SIG) à Neuhausen et l’entreprise Oehler à Aarau, se lancent dans la vente d’automobiles électriques. En 1937, l’EFAG est rebaptisée Neue Elektrische Fahrzeuge AG NEFAG. Margrit Weiss-Schaad, titulaire d’un doctorat en mathématiques, en devient la propriétaire et directrice en 1972. Malgré les résistances qu’elle doit affronter dans une branche dominée par la gent masculine, elle parvient à s’imposer et à développer l’entreprise avec succès. En 1980, cette dernière est vendue à la société Mowag à Kreuzlingen, qui poursuit l’activité de construction de véhicules électriques.
Camionnette électrique Tribelhorn chargée de caisses en bois, vers 1912.
Camionnette électrique Tribelhorn chargée de caisses en bois, vers 1912. Musée suisse des transports
Remorqueur électrique à trois roues Swissair de l’EFAG pour les avions derrière un DC-2, à Dübendorf. À côté, un véhicule de livraison Peugeot, en 1937.
Remorqueur électrique à trois roues Swissair de l’EFAG pour les avions derrière un DC-2, à Dübendorf. À côté, un véhicule de livraison Peugeot, en 1937. Musée suisse des transports
Une conception distincte en fonction de la religion: deux fourgons mortuaires électriques de l’EFAG appartenant à la ville de Lugano en 1935, à gauche pour les défunts de confession catholique, à droite pour les autres.
Une conception distincte en fonction de la religion: deux fourgons mortuaires électriques de l’EFAG appartenant à la ville de Lugano en 1935, à gauche pour les défunts de confession catholique, à droite pour les autres. Musée suisse des transports
Livraison directe de lait à la clientèle: camionnette de laitier électrique de l’entreprise Oehler à Oberentfelden (AG), 1945.
Livraison directe de lait à la clientèle: camionnette de laitier électrique de l’entreprise Oehler à Oberentfelden (AG), 1945. Musée suisse des transports

Tour de Sol

C’est notamment suite aux crises pétrolières et à la publication du rapport sur les limites de la croissance du Club de Rome que l’électromobilité trouve un nouvel élan dans les années 70. Le potentiel des véhicules électriques est révélé au grand public dès 1985 dans le cadre du Tour de Sol. Cette course de prototypes construits par des amateurs et propulsés par l’énergie solaire est un événement médiatique très remarqué. Le premier Tour de Sol part de Romanshorn pour rejoindre Genève via Winterthour, tandis que le dernier, qui aura lieu en 1993, relie Lucerne à Adelboden. Parmi les participants réguliers, on compte l’école d’ingénieurs de Bienne, qui établit le record de vitesse solaire de 161 km/h avec le «Spirit of Biel/Bienne III», lors du World Solar Challenge organisé en Australie en 1996. Le Tour de Sol permet de placer la Suisse au centre de l’attention des spécialistes et de donner un coup de fouet à la construction des véhicules électriques. On voit apparaître des modèles créatifs, tels que le GL-88, «l’œuf» de Horlacher AG, le «Twike» à trois roues de Twike AG ainsi que le vélo hybride quadriplace «ZEM 4cycle», fonctionnant à la force des muscles et avec un moteur électrique. En 2009, le premier atelier d’Europe exclusivement conçu pour les e-bikes ouvre ses portes à Huttwil. Le «Flyer» est pour ainsi dire le vélo électrique suisse par excellence.
Véhicule solaire Gnom à la Tour de Sol en 1986, prenant le départ de la course à Bienne.
Véhicule solaire Gnom à la Tour de Sol en 1986, prenant le départ de la course à Bienne. Musée suisse des transports
Le fondateur de BKTech AG Philipp Kohlbrenn (au milieu) et les deux constructeurs du «Flyer», Christian Häuselmann (à gauche) et Reto Böhlen (à droite). Devant eux, un «FLYER Classic», le premier produit fabriqué en petite série entre 1995 et 1999.
Le fondateur de BKTech AG Philipp Kohlbrenn (au milieu) et les deux constructeurs du «Flyer», Christian Häuselmann (à gauche) et Reto Böhlen (à droite). Devant eux, un «FLYER Classic», le premier produit fabriqué en petite série entre 1995 et 1999. Musée suisse des transports

De la Suisse centrale à la lune

Le Forum suisse de la mobilité électrique se tient pour la première fois en 2010, au Musée suisse des transports, en présence du conseiller fédéral Moritz Leuenberger. Avec la «Charte de Lucerne», quelque 300 acteurs de la recherche, de la politique, de l’économie et de la société signent une déclaration d’intention pour ouvrir la voie à l’électromobilité en Suisse. Depuis lors, la situation a bien évolué: les véhicules électriques ne sont plus des raretés depuis longtemps, mais incarnent désormais le progrès et la modernité, comme autrefois les voitures à essence. Pour autant, ils ne sont pas la panacée: leur augmentation entraînera une hausse de la consommation de courant, idéalement issu des énergies renouvelables. En outre, la fabrication des batteries n’est pas sans poser de problèmes, et la recharge ainsi que la construction de l’infrastructure sur tout le territoire prennent du temps. Quoi qu’il en soit, la mobilité électrique contribuera de manière significative à la réussite de la transition énergétique. Son potentiel semble d’ailleurs quasi infini: en 2015-16, Bertrand Piccard et André Borschberg ont fait le tour du monde à bord de l’avion solaire «Solar Impulse». Même les robots envoyés en mission sur Mars ont presque tous arpenté la planète rouge avec des entraînements électriques maxon, fabriqués à Sachseln/Obwald.
L’avion solaire «Solar Impulse» survolant San Francisco, 2016.
L’avion solaire «Solar Impulse» survolant San Francisco, 2016. Bertrand Piccard

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.