Canon à neige, 1978, tuyau en aluminium avec deux tuyères, mise en service à Savognin.

Neige sans nuages

En décembre 1978, toute la Suisse était exempte de neige. Toute? Non! A Savognin, les flocons virevoltaient - grâce aux premiers canons à neige.

Andrej Abplanalp

Andrej Abplanalp

Historien et chef de la communication du Musée national suisse.

« En Suisse, les sommets des montagnes ne sont presque jamais recouverts de neige. Pourtant, à Savognin, la neige tombe d’un ciel sans nuages », écrivait le « Bündner Tagblatt » le 9 décembre 1978. Ce jour-là, dix canons à neige réussirent à faire naître une piste de ski de trois kilomètres de long sur la pente verte du canton des Grisons. La mise en service de la première grande station de neige artificielle en Europe marqua le début d’un tourisme hivernal d’un genre nouveau. Ce qui constituait à l’époque une révolution, est à présent une évidence dans toute grande station de ski qui se respecte.

La neige artificielle fut découverte en 1940 au Canada. Une équipe de chercheurs étudiait dans une soufflerie le processus de congélation dans les moteurs à réaction d’avions. Pour ce faire, les scientifiques projetèrent de l’eau dans une turbine en marche à des températures en-dessous de zéro. Effet secondaire indésirable : la neige ne cessait de se former à l’arrière de la soufflerie. Le phénomène qui occasionna la frustration des scientifiques à l’époque devint l’une des plus grandes innovations des sports d’hiver.

Image 01 de 05
Image 01 de 05
Image 01 de 05
Image 01 de 05
Image 01 de 05

Un bref examen de la première utilisation de canons à neige 1978 à Savognin. © Savognin Bergbahnen AG

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.