Arbalétriers dans la bataille de Crécy (1346), illustration tirée des Chroniques de Jean Froissart (1337–1405).
Arbalétriers dans la bataille de Crécy (1346), illustration tirée des Chroniques de Jean Froissart (1337–1405). Bibliothèque Nationale de France

L'arbalète: arme des assassins et des défenseurs de la liberté

L’arbalète de Guillaume Tell est pour ainsi dire l’arme emblématique de la Suisse, bien que ses origines remontent à la Chine ancienne. Si elle surpasse l’arc par ses performances, elle n’a pas toujours joui de la meilleure des réputations.

Thomas Weibel

Thomas Weibel

Thomas Weibel est journaliste et professeur d’ingénierie médiatique à la Haute école spécialisée des Grisons ainsi qu’à la Haute école des arts de Berne.

Gessler: «Tell, tu es maître dans l’art de tirer de l’arbalète; on dit que tu défies tous les archers. Walther: Cela est vrai, seigneur; mon père abat une pomme sur l’arbre à cent pas. (...) Gessler: Eh bien! Tell, puisque tu abats une pomme à cent pas, il faut que tu me donnes une preuve de ton adresse. Prends ton arbalète; justement tu la tiens à la main ... Prépare-toi à abattre une pomme placée sur la tête de ton enfant. Mais, je te le conseille, vise juste, afin de frapper la pomme du premier coup; car, si tu la manques, il t’en coûtera la tête.»
Décor mural représentant Guillaume Tell tirant sur la pomme, vers 1523.
Décor mural représentant Guillaume Tell tirant sur la pomme, vers 1523. Musée national suisse
Le dernier drame de Friedrich Schiller fait de l’arbalète le symbole de la bravoure suisse. Équivalent du fusil d’assaut au Moyen Âge, l’arme aujourd’hui utilisée sous forme de logo incarne aussi la fiabilité et la précision. Mais l’arbalète n’est en aucun cas une invention suisse: elle provient de la Chine ancienne et tire son nom du latin. Le terme «arbalète» est en effet dérivé du mot arcuballista, qui signifie «baliste à arc» (de arcus «arc» et ballista «baliste»). Des restes d’arbalètes, de systèmes de détente et de carreaux des VIIe, VIe et Ve siècles av. J.-C. ont été découverts dans des sépultures chinoises à Qufu dans la province du Shandong et à Yuntaishan dans la province du Hubei. Grâce aux progrès techniques réalisés dans le moulage du bronze, la Chine a rapidement été en mesure de produire ces armes en grandes quantités, dont les exemplaires retrouvés, bien que vieux de plus de 2000 ans, sont exceptionnellement bien conservés.
Détente d’arbalète de la civilisation sino-vietnamienne Dong Son, env. 500 av. J.-C.
Détente d’arbalète de la civilisation sino-vietnamienne Dong Son, env. 500 av. J.-C. Wikimedia / Bình Giang
Une arbalète se caractérise principalement par son puissant arc transversal, dont la corde est tendue manuellement ou à l’aide d’un dispositif de tension, puis maintenue par une pièce prévue à cet effet appelée «noix». L’arme s’est imposée dans le domaine de la chasse et sur les champs de bataille, car elle présente la singularité d’être peu encombrante. En outre, contrairement à l’arc classique, elle n’oblige pas le tireur à retenir la corde tendue à la force de ses bras et lui permet donc de se concentrer sur sa cible. Compte tenu de la longueur relativement courte de l’arbrier, l’arbalète n’envoie pas de flèches, mais de plus petites pièces métalliques appelées carreaux, dont la fabrication est aussi moins onéreuse.
Arbalète avec arc en corne et étrier métallique, fabriquée par Ulrich Bock, vers 1460. À côté, un carreau incendiaire datant de la même époque.
Arbalète avec arc en corne et étrier métallique, fabriquée par Ulrich Bock, vers 1460. À côté, un carreau incendiaire datant de la même époque. Musée national suisse
Tant du point de vue de la portée que de la force de frappe, l’arbalète était largement supérieure à l’arc long, non seulement pour la chasse, mais aussi pour la guerre, notamment lors des sièges de villes ou des batailles navales. Comme aucune armure ne résistait à son tir et son utilisation était contraire à l’éthique des duels chevaleresques, elle fut condamnée sous peine d’excommunication par le pape Innocent II lors du deuxième concile du Latran en 1139: le canon 29 proscrivit alors l’usage de «l’art mortel et haï de Dieu des arbalétriers et des archers». Une interdiction qui fut toutefois peu observée sur les champs de bataille d’Europe, où la fin (létale) justifiait les moyens.
Arbalète à rouet avec arc en acier, environ 3,5 kg, vers 1550-1600.
Arbalète à rouet avec arc en acier, environ 3,5 kg, vers 1550-1600. Musée national suisse
La princesse byzantine Anne Comnène (1083–1154) décrivait l’arbalète comme un mécanisme tout bonnement diabolique à l’époque de la première croisade en 1096: les flèches «traversent la plus épaisse des cuirasses et abattent l’homme au sol si soudainement qu’il n’a même pas le temps de sentir le coup». Trois attentats contre des rois britanniques valurent à l’arbalète la réputation d’être l’arme des assassins: en effet, Guillaume II (1056–1100) fut mortellement touché lors d’une embuscade tendue au cours d’une partie de chasse dans le New Forest au sud de l’Angleterre, son frère Henri Ier (1068–1135) fut quant à lui manqué de peu par sa fille illégitime Juliane qui tenta de l’abattre en 1119, tandis que Richard Cœur de Lion (1157–1199) mourut de la gangrène suite à une blessure infligée par un carreau qui l’avait atteint à l’épaule lors du siège du château de Châlus-Chabrol.
Guillaume II est touché mortellement par une flèche tirée d’une arbalète.
Guillaume II est touché mortellement par une flèche tirée d’une arbalète. British Library
L’arbalète était une prouesse de l’armement, qui suscitait aussi la fascination des grands inventeurs de l’Histoire. La représentation détaillée d’un gastrophète (littéralement «ventre tireur») se trouve dans la copie de Belopoiïca, un traité du mathématicien et ingénieur grec Héron d’Alexandrie datant du Ier siècle. Le dessin représente un type d’arbalète doté d’un double arc réflexe, d’une corde, d’une longue rainure, d’un appui ventral semi-circulaire et figure notamment la structure de la pièce technique la plus importante: la détente et son dispositif de retenue de la corde tendue. Léonard de Vinci (1452–1519) a quant à lui laissé à la postérité le plan de fabrication d’une arbalète géante montée sur six roues, dont la longueur d’arc aurait avoisiné les 25 m afin d’inspirer la terreur aux arbalétriers et aux opérateurs de catapultes sur les champs de bataille médiévaux ou lors des sièges.
Plan de fabrication d’un «gastrophète» tiré d’une copie du traité Belopoiïca rédigé par Héron d’Alexandrie.
Plan de fabrication d’un «gastrophète» tiré d’une copie du traité Belopoiïca rédigé par Héron d’Alexandrie. Wikimedia / Bibliothèque Nationale de France
Plan de fabrication d’une arbalète géante avec double corde tendue, Léonard de Vinci, vers 1500.
Plan de fabrication d’une arbalète géante avec double corde tendue, Léonard de Vinci, vers 1500. Wikimedia
L’arbalète ne fit son apparition sur les champs de bataille européens que vers la fin du Xe siècle puis, souvent crainte du fait de sa longue portée, elle se répandit peu à peu en Suisse. Aux XIVe et XVe siècles, les villes commencèrent à s’équiper en prévision de guerres éventuelles: elles constituèrent des réserves d’arbalètes ou forcèrent les hommes aptes au combat à se procurer leur propre arme. Le terme «arbalétrier» témoigne encore aujourd’hui du fait que les tireurs dans les formations médiévales étaient des spécialistes respectés et bénéficiaient du statut de fonctionnaire dans les villes. Les unités d’arbalétriers possédaient leurs propres drapeaux et étendards, avec lesquels ils participaient aux fêtes de tir et partaient à la guerre. Au fil du temps, l’arbalète fut aussi perfectionnée du point de vue technique. L’arc jusqu’alors composite, fait de corne ou de bois, fut remplacé par une version en acier, nettement plus robuste, qui nécessitait désormais de recourir à un rouet pour être tendu. Les arbalètes actuelles sont de véritables armes high-tech: elles sont légères (moins de 4 kg), leurs carreaux en métal ou en carbone peuvent atteindre une vitesse de 150 m par seconde (presque autant qu’une balle de pistolet) et elles sont équipées de lunettes de tir pour viser.
Arbalète moderne, modèle Winzeler 313, 2005.
Arbalète moderne, modèle Winzeler 313, 2005. Musée national suisse
Bien qu’elle soit silencieuse, précise et compacte, l’arbalète n’a pas suscité un immense engouement en Suisse avant le XIXe siècle. Un revirement de situation se produisit cependant en 1804 avec la première du Guillaume Tell de Friedrich Schiller au Théâtre national allemand: l’histoire du défenseur de la liberté uranais devint un mythe national suisse et l’arbalète incarna dès lors la fiabilité et la précision helvétiques. Depuis 2009, cette dernière est une marque protégée à l’échelle internationale et l’arbalète blanche sur fond rouge de Guillaume Tell est le symbole de l’organisation «Swiss Label». Comment pourrait-il en être autrement?
Guillaume Tell de Ferdinand Hodler, 1897 Hodler fait de l’arbalète dans la main de Tell une croix chrétienne stylisée, ce qui confère une qualité sacrée à la représentation.
Guillaume Tell de Ferdinand Hodler, 1897 Hodler fait de l’arbalète dans la main de Tell une croix chrétienne stylisée, ce qui confère une qualité sacrée à la représentation. Kunstmuseum Solothurn
Tell est dans une violente agitation, ses mains tremblent; ses yeux égarés se portent tantôt vers le bailli, tantôt vers le ciel. Tout à coup, il prend dans son carquois une seconde flèche et la cache dans son pourpoint. Walther: Tire, mon père, je n’ai pas peur. Tell: Il le faut donc. (...) Stauffacher: La pomme est tombée. Roesselmann: L’enfant est sauvé!

Autres articles

Adresse et contact
Musée national suisse
Landesmuseum Zürich
Museumstrasse 2
Case postale
8021 Zurich
info@nationalmuseum.ch

Design: dreipol   |  Réalisation: whatwedo
Musée national suisse

Le Musée national suisse (MNS) est l’unité administrative faîtière qui regroupe trois musées: Le Musée national Zurich, le Château de Prangins et le Forum de l’histoire suisse à Schwyz, ainsi que le centre des collections d’Affoltern am Albis.