Dessin représentant la grande famine de 1816, «l’année sans été». Dans le Toggenbourg, les gens mangèrent l’herbe des pâturages.
Toggenburger Museum à Lichtensteig

L’été de Frankenstein

En 1815, l’éruption d’un volcan indonésien engendra un monstre qui vint hanter l’Europe, un an plus tard, sous la forme d’une vague de froid et d’intempéries. Durant cette «année sans été», les rives du lac Léman assistèrent à la naissance de deux monstres de la littérature mondiale.

Quel temps exécrable! Tandis que la tempête s’abattait sur le lac Léman, Mary Godwin se rapprochait encore du feu de cheminée dans la villa où elle séjournait à Cologny. Pour une fois qu’elle entreprenait un voyage en Suisse, voici le résultat: des jours de pluie interminables et même de la neige au beau milieu de l’été. Elle décida donc de tuer le temps en écrivant des histoires d’épouvante, qu’elle lut ensuite à voix haute à ses compagnons: son mari Percy Shelley, Lord Byron, Claire Clairmont et John Polidori.

La cause de ces intempéries? Une montagne appelée Tambora et située de l’autre côté du globe. Lorsque ce volcan explosa le 10 avril 1815, la détonation se fit entendre à 3000 kilomètres à la ronde. La plus grosse éruption de toute l’histoire de l’humanité projeta quelque 150 kilomètres cubes de cendres dans l’atmosphère, entraînant une modification du climat. En Europe, cela débuta par des couchers de soleil exceptionnellement intenses et colorés. Puis vint l’hiver – et il s’installa.

L’été 1816 compta ainsi 80% de jours de pluie supplémentaires par rapport à la normale, avec une température inférieure de 2,5 °C. Il neigea plusieurs fois en juillet, jusqu’en plaine. La partie est du pays fut la plus touchée, notamment les régions comme Glaris ou l’Oberland zurichois, où la population venait de passer de l’agriculture à la production textile et dépendait donc des importations de céréales. Celles-ci furent inexistantes et les prix parfois multipliés par six. En Appenzell Rhodes-Intérieures, la famine décima environ un dixième de la population. Les gens en furent réduits à manger des épluchures de pommes de terre séchées, de la bouillie à base de farine d’os ou de foin moulu, ou encore des chats et des chiens.

Frankenstein reste aujourd’hui encore un monument de la littérature et du cinéma. La couverture de cette édition de 1972 a été réalisée par Celestino Piatti.
Musée national suisse

La catastrophe révéla aussi une défaillance des élites: chaque canton se préoccupa uniquement de son propre sort et ferma ses frontières aux exportations de céréales. Or, cette pratique venait justement d’être interdite par le Pacte fédéral de 1815. Une partie de la Suisse orientale était en train de mourir de faim quand le Valais, par exemple, s’en tirait à bon compte. C’était également le cas de Genève, où les orages plongeaient le lac dans une étrange lumière pendant que Mary Godwin plongeait sa plume dans l’encre. Elle baptisa «Frankenstein» son protagoniste, créateur du célèbre monstre. Quant à John Polidori, il inventa une histoire dans laquelle le «vampire», esprit de la nature, apparaissait pour la première fois sous les traits d’un aristocrate au teint blafard. La foudre, le tonnerre et deux nouvelles figures de la littérature mondiale.

Les récoltes furent maigres et tardives. Les vendanges n’eurent lieu qu’en novembre, avec des raisins encore verts et pratiquement immangeables. Le prix des denrées alimentaires grimpa en flèche, certains produits coûtant jusqu’à six fois plus cher que d’habitude. Et la crise n’était pas encore finie... Lorsque les températures se normalisèrent au printemps 1817, d’énormes couches de neige se mirent à fondre dans les massifs montagneux. Les inondations furent la dernière conséquence de l’été le plus froid des siècles passés.

Dessin réalisé à la main en souvenir de la grande famine de 1816-1817.
Musée national suisse

UNE FRESQUE HISTORIQUE EN 100 ÉPISODES

240'000'000 av. J.-C.

Des dinosaures au Monte San Giorgio

CONTINUER

12'000 av. J.-C.

Rhinocéros laineux et mégacéros

CONTINUER

4000 av. J.-C.

Le mythe des Lacustres

CONTINUER

1500 av. J.-C.

Transpercer, frapper, couper

CONTINUER
Bridon Mors de l’âge du bronze.

500 av. J.-C.

Les braves

CONTINUER

150 av. J.-C.

Le commerce à la mode celte

CONTINUER
Bataille opposant les Romains et les Helvètes.

58 av. J.-C.

Quand César refoula les Helvètes

CONTINUER
Sol romain en mosaïque.

20 ap. J.-C.

Dolce vita à Zurich

CONTINUER

50 ap. J.-C.

Des armes et des jeux à Vindonissa

CONTINUER

70 ap. J.-C.

L’ascension d’un petit village de province

CONTINUER

246 ap. J.-C.

Meurtre dans les thermes romains

CONTINUER

275 ap. J.-C.

La sandale romaine

CONTINUER

295 ap. J.-C.

Aux frontières de l’Empire romain

CONTINUER

303 ap. J.-C.

Saint Maurice

CONTINUER

401 ap. J.-C.

Sainte Vérène

CONTINUER

522 ap. J.-C.

Les «rois intrigants»

CONTINUER

591 ap. J.-C.

Maudit Tuggen

CONTINUER

753 ap. J.-C.

Noël à Romainmôtier

CONTINUER

774 ap. J.-C.

Un roi dans la tempête

CONTINUER

819 ap. J.-C.

Le plan de Haito

CONTINUER

917 ap. J.-C.

Les chevaliers de l’Apocalypse à Bâle

CONTINUER

962 ap. J.-C.

Deux femmes fortes

CONTINUER

999 ap. J.-C.

Le crépuscule des Burgondes

CONTINUER

1030 ap. J.-C.

Radbot et le château de l’autour

CONTINUER

1157 ap. J.-C.

Un duc sans duché

CONTINUER

1211

Courage valaisan et ruse bernoise

CONTINUER

1240

La cité disparue

CONTINUER

1315

L’embuscade de Morgarten

CONTINUER

1319

La forteresse du lac

CONTINUER

1308

Agnès de Hongrie

CONTINUER

1347

La peste

CONTINUER

1356

Le grand tremblement de terre de Bâle

CONTINUER

1415

L’Argovie, berceau politique de la Suisse

CONTINUER

1473

Lutte au bord du lac de Constance

CONTINUER

1506

Les mercenaires

CONTINUER

1516

Érasme de Rotterdam

CONTINUER

1524

Les noces du curé

CONTINUER

1527

Un personnage controversé

CONTINUER

1536

L’autre conquête de l’ouest

CONTINUER

1540

La sécheresse

CONTINUER

1618

Ni vainqueur ni vaincu

CONTINUER

1687

Les huguenots

CONTINUER

1697

Étrange tubercule

CONTINUER

1731

La dernière sorcière de Fribourg

CONTINUER

1748

e comme Euler

CONTINUER

1765

L’île de Rousseau

CONTINUER

1798

La résistance des Nidwaldiens

CONTINUER

1800

Frédéric-César de La Harpe

CONTINUER

1804

Le mythe de Guillaume Tell

CONTINUER

1806

Goldau sous la roche

CONTINUER

1814

Barry le saint-bernard

CONTINUER

1815

Nouveau départ à Vienne

CONTINUER

1816

L’été de Frankenstein

CONTINUER

1832

La révolte contre les machines à Uster

CONTINUER

1839

Le déboisement dans la vallée de Peccia

CONTINUER

1847

Le Sonderbund

CONTINUER

1850

Le franc suisse

CONTINUER

1851

L’Amérique

CONTINUER

1853

Des trains pour Zurich

CONTINUER

1864

Tutti Fratelli

CONTINUER

1865

Chute mortelle au Cervin

CONTINUER

1871

Bourbaki

CONTINUER

1872

Des anarchistes dans le Jura

CONTINUER

1879

Le doux côté de la Suisse

CONTINUER

1880

Le percement du Gothard

CONTINUER

1881

Heidi

CONTINUER

1885

Un jardin d’hiver pour artistes

CONTINUER

1893

L’interdiction de l’abattage rituel

CONTINUER

1898

Masculin générique

CONTINUER

1905

La miraculeuse année d’Einstein

CONTINUER

1915

Les rouges discours de Zimmerwald

CONTINUER

1916

Dada

CONTINUER

1918

Un mois de novembre fébrile

CONTINUER

1925

Le magasin roulant

CONTINUER

1934

Un remonte-pentes à Davos

CONTINUER

1935

On ne parle pas d’argent

CONTINUER

1938

Romanche

CONTINUER

1939

Des pistes de ski à l’Orient

CONTINUER

1941

Maurice Bavaud

CONTINUER

1943

Bâle, une ville aux drôles de couleurs

CONTINUER

1956

Betty Bossi

CONTINUER

1957

Mister Univers

CONTINUER

1958

Une femme seule contre tous

CONTINUER

1961

Le vélomoteur

CONTINUER

1962

Ursula Andress et le bikini

CONTINUER

1967

La votation Picasso

CONTINUER

1972

Smoke on the Water

CONTINUER

1981

L’heure d’été

CONTINUER

1983

Swatch

CONTINUER

1990

La Toile

CONTINUER

1991

Enfin!

CONTINUER
Benedikt Meyer
Benedikt Meyer est historien et chroniqueur.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire