La gare centrale de Zurich, vers 1900.
Musée national suisse

Des trains pour Zurich

Sous l’impulsion d’Alfred Escher, Zurich est devenue le centre du réseau ferroviaire suisse, et par la suite la plus grande ville du pays.

Aucun monument n’est plus à sa place que la sculpture commémorative élevée à Escher devant la gare centrale de Zurich. Alfred Escher: membre du Grand Conseil zurichois, membre et président du Conseil d’État, membre du conseil de l’éducation, membre du conseil d’Église, membre du conseil de l’École polytechnique fédérale, chancelier d’État, député à la Diète, député au Conseil national durant 34 ans, président de cette chambre à trois reprises, éminence grise du parti libéral, fondateur du Crédit suisse et, surtout, des Chemins de fer du Nord-Est.

En tant qu’homme politique, Escher imposa en 1852 que la construction ferroviaire soit du ressort non de l’État mais de promoteurs privés. Un an plus tard, il se lança en affaires pour concrétiser sa vision. Sa compagnie des chemins de fer du Nord-Est construisit en peu de temps un réseau régional centré sur Zurich. La cité sur la Limmat devint ainsi le premier nœud ferroviaire de Suisse et par la suite la plus grande ville du pays. À vrai dire, Zurich sauta dans le train du progrès alors qu'il était déjà en marche. Au début du XIXe siècle, Bâle et Genève étaient plus grandes, abritaient des places financières plus importantes et des universités dont la fondation remontait à 373 et 274 années de plus. Berne venait d’être élue capitale fédérale et serait probablement devenue elle aussi un centre ferroviaire si la Confédération avait été aux commandes du réseau. Escher a fait venir le chemin de fer à Zurich et l’a orienté de manière à favoriser cette ville.

Portrait d’Alfred Escher.
Musée national suisse

Deux ressources étaient indispensables à l’expansion ferroviaire: le savoir-faire et le capital. S’inspirant du modèle français, la Confédération vota la construction d’une école polytechnique.  Escher œuvra pour que l’École polytechnique fédérale ouvre ses portes à Zurich en 1855, et assuma durant 28 ans la vice-présidence du conseil de l’établissement. En 1856, il prit le modèle du Crédit mobilier parisien pour fonder le Crédit suisse, qui finança la construction ferroviaire avec l’argent de milliers de petits épargnants, posant les fondations de la place financière zurichoise. Toujours d’après le modèle français, Escher fit aménager la Bahnhofstrasse comme un boulevard à la parisienne.

Ouvriers devant l’entrée du tunnel à Göschenen, vers 1880.
Musée national suisse

Horaire des Chemins de fer du Nord-Est du 1er juin 1862.
Musée national suisse

La construction de la ligne du Saint-Gothard fut le plus grand projet d’Escher. Mais le chantier transalpin vit ses coûts s’envoler rapidement et progressa à un rythme inférieur aux prévisions, tandis que les Chemins de fer du Nord-Est étaient secoués par la crise des années 1870. La Confédération dut finalement renflouer l’affaire et Escher fut poussé à démissionner du conseil d’administration de la ligne du Saint-Gothard. Il abandonna peu à peu de nombreuses autres fonctions, pour raisons de santé parfois, mais aussi parce qu’il se heurtait à une opposition grandissante. Escher ne fut même pas invité à assister au dernier coup de pioche symbolisant le percement du tunnel. Malade, il ne put se rendre à l’inauguration en 1882 et mourut la même année. La ligne du Saint-Gothard fut étatisée en 1909. Pas moins de sept ans plus tôt, les Chemins de fer du Nord-Est rejoignirent le giron des CFF, fondés en 1898. Ces derniers continuèrent d’investir à grands frais dans le réseau zurichois et parachevèrent l’entreprise d’Escher.

UNE FRESQUE HISTORIQUE EN 100 ÉPISODES

240'000'000 av. J.-C.

Des dinosaures au Monte San Giorgio

CONTINUER

12'000 av. J.-C.

Rhinocéros laineux et mégacéros

CONTINUER

4000 av. J.-C.

Le mythe des Lacustres

CONTINUER

1500 av. J.-C.

Transpercer, frapper, couper

CONTINUER
Bridon Mors de l’âge du bronze.

500 av. J.-C.

Les braves

CONTINUER

150 av. J.-C.

Le commerce à la mode celte

CONTINUER
Bataille opposant les Romains et les Helvètes.

58 av. J.-C.

Quand César refoula les Helvètes

CONTINUER
Sol romain en mosaïque.

20 ap. J.-C.

Dolce vita à Zurich

CONTINUER

50 ap. J.-C.

Des armes et des jeux à Vindonissa

CONTINUER

70 ap. J.-C.

L’ascension d’un petit village de province

CONTINUER

246 ap. J.-C.

Meurtre dans les thermes romains

CONTINUER

275 ap. J.-C.

La sandale romaine

CONTINUER

295 ap. J.-C.

Aux frontières de l’Empire romain

CONTINUER

303 ap. J.-C.

Saint Maurice

CONTINUER

401 ap. J.-C.

Sainte Vérène

CONTINUER

522 ap. J.-C.

Les «rois intrigants»

CONTINUER

591 ap. J.-C.

Maudit Tuggen

CONTINUER

753 ap. J.-C.

Noël à Romainmôtier

CONTINUER

774 ap. J.-C.

Un roi dans la tempête

CONTINUER

819 ap. J.-C.

Le plan de Haito

CONTINUER

917 ap. J.-C.

Les chevaliers de l’Apocalypse à Bâle

CONTINUER

962 ap. J.-C.

Deux femmes fortes

CONTINUER

999 ap. J.-C.

Le crépuscule des Burgondes

CONTINUER

1030 ap. J.-C.

Radbot et le château de l’autour

CONTINUER

1157 ap. J.-C.

Un duc sans duché

CONTINUER

1211

Courage valaisan et ruse bernoise

CONTINUER

1240

La cité disparue

CONTINUER

1315

L’embuscade de Morgarten

CONTINUER

1319

La forteresse du lac

CONTINUER

1308

Agnès de Hongrie

CONTINUER

1347

La peste

CONTINUER

1356

Le grand tremblement de terre de Bâle

CONTINUER

1415

L’Argovie, berceau politique de la Suisse

CONTINUER

1473

Lutte au bord du lac de Constance

CONTINUER

1506

Les mercenaires

CONTINUER

1516

Érasme de Rotterdam

CONTINUER

1524

Les noces du curé

CONTINUER

1527

Un personnage controversé

CONTINUER

1536

L’autre conquête de l’ouest

CONTINUER

1540

La sécheresse

CONTINUER

1618

Ni vainqueur ni vaincu

CONTINUER

1687

Les huguenots

CONTINUER

1697

Étrange tubercule

CONTINUER

1731

La dernière sorcière de Fribourg

CONTINUER

1748

e comme Euler

CONTINUER

1765

L’île de Rousseau

CONTINUER

1798

La résistance des Nidwaldiens

CONTINUER

1800

Frédéric-César de La Harpe

CONTINUER

1804

Le mythe de Guillaume Tell

CONTINUER

1806

Goldau sous la roche

CONTINUER

1814

Barry le saint-bernard

CONTINUER

1815

Nouveau départ à Vienne

CONTINUER

1816

L’été de Frankenstein

CONTINUER

1832

La révolte contre les machines à Uster

CONTINUER

1839

Le déboisement dans la vallée de Peccia

CONTINUER

1847

Le Sonderbund

CONTINUER

1850

Le franc suisse

CONTINUER

1851

L’Amérique

CONTINUER

1853

Des trains pour Zurich

CONTINUER

1864

Tutti Fratelli

CONTINUER

1865

Chute mortelle au Cervin

CONTINUER

1871

Bourbaki

CONTINUER

1872

Des anarchistes dans le Jura

CONTINUER

1879

Le doux côté de la Suisse

CONTINUER

1880

Le percement du Gothard

CONTINUER

1881

Heidi

CONTINUER

1885

Un jardin d’hiver pour artistes

CONTINUER

1893

L’interdiction de l’abattage rituel

CONTINUER

1898

Masculin générique

CONTINUER

1905

La miraculeuse année d’Einstein

CONTINUER

1915

Les rouges discours de Zimmerwald

CONTINUER

1916

Dada

CONTINUER

1918

Un mois de novembre fébrile

CONTINUER

1925

Le magasin roulant

CONTINUER

1934

Un remonte-pentes à Davos

CONTINUER

1935

On ne parle pas d’argent

CONTINUER

1938

Romanche

CONTINUER

1939

Des pistes de ski à l’Orient

CONTINUER

1941

Maurice Bavaud

CONTINUER

1943

Bâle, une ville aux drôles de couleurs

CONTINUER

1956

Betty Bossi

CONTINUER

1957

Mister Univers

CONTINUER

1958

Une femme seule contre tous

CONTINUER

1961

Le vélomoteur

CONTINUER

1962

Ursula Andress et le bikini

CONTINUER
Benedikt Meyer
Benedikt Meyer est historien et chroniqueur.

Catégories

Sharing is caring
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Votre commentaire